LA GAZETTE DE GREENWOOD
 
n° 2
(31 Octobre 1998)
Sommaire:
Ca bouge sur le Web Blues: le Forum des "Sentiers du Blues" !
Le disque indispensable: Peter Green with Nigel Watson (The Robert Johnson Songbook)
Actualités Blues : Happy birthday B.B. !
Etre ou avoir été blues...
A la Recherche de la Chanson perdue...
Greenwood City : le site internet !
 
 

Ca bouge sur le Web Blues: Le Forum des "Sentiers du Blues" !

Le site "Sur Les Sentiers du Blues" (nous en parlions dans "La Gazette de Greenwood n°1") propose une nouvelle section intitulée le "FORUM DU BLUES".
Ce forum doit permettre d'émettre opinions et commentaires sur différentes questions concernant le Blues.
Dans son forum, Marc Champagne nous pose donc une question (qui sera renouvelée tous les 15 jours), et chacun peut y répondre comme il veut. Les réponses seront publiées sur le site, ce qui permettra à chacun de réagir, compléter, argumenter, etc.

Le premier sujet (posé le 13/10/98) est le suivant:
 Il est courant d'entendre dire que les Bluesmen modernes n'interprètent plus le Blues avec la même émotion ou intensité que ceux que l'on pourrait considérer comme faisant partie de la vieille école du Blues.
Qu'en pensez-vous ?
 
 Voilà en effet une question qui peut déclencher bien des débats!

En tous les cas, ce forum est une très bonne initiative de Marc Champagne,
alors bondissez sur votre surf et cliquez sur Les Sentiers du Blues  pour aller répondre à cette question.

Le Web Master du Forum du Blues: Marc Champagne :  mailto:mchamp@videotron.ca
Les Sentiers du Blues: http://pages.infinit.net/mchamp/
 
Olivier (le 16 Oct 98)
 
 

Peter Green with Nigel Watson: The Robert Johnson Songbook

Peter Green, le chanteur-guitariste de Fleetwood Mac, est revenu de très loin avec un disque hommage: "The Robert Johnson Songbook".

Comme l'écrit Raoul Duplessis (Guitarist magazine, Sept.98), "peut-être faut-il revenir d'un sacré enfer pour interpréter avec une émotion insensée entre rupture et sérénité les chansons du mythique créateur de Sweet Home Chicago".

C'est en effet après de longues années noires (depuis 1970), durant lesquelles il côtoie la drogue, l'alcool, l'hopital psychiatrique et la prison, ponctuées de quelques disques (souvent décevants), que Peter Green nous offre ce magnifique album.

C'est John Mayal, en 1965, qui a fait découvrir Robert Johnson à Peter Green. Depuis, la musique du bluesman mort empoisonné n'a jamais quitté ce dernier, et c'est en rejouant "Steady Rollin' Man" avec Nigel Watson que le goût de la musique est revenu à Peter Green: "au début lentement, mes doigts me faisaient mal", raconte-t'il, "mais je me suis accroché et tout a fini par revenir".

Le disque est une véritable merveille: on y retrouve à la perfection l'esprit du blues de Robert Johnson. Accompagnées discrètement mais (très) efficacement par d'autres instruments (harmonica, piano, basse, batterie), les guitares de Peter Green et Nigel Watson nous font redécouvrir le génial bluesman. La voix de Peter Green est parfaitement adaptée à l'ambiance musicale.

Un seul regret: il n'y a que 16 titres... Espérons que sortira bientôt un "The Robert Johnson Songbook" n°2, avec les 13 autres chansons de Robert Johnson!
 
Bluesicalement votre
Uncle Holly (17 Oct 98)
latailla@club-internet.fr

 
 

Actualités Blues : Happy birthday B.B. !

Greenwoodiens, marc Champagne nous parle ici d'actualité Blues concernant un petit jeunot: BB King (sans doute soigné par Docteur
Blues???)
 

   Salut à tous les lecteurs et lectrices de la Gazette de Greenwood, une petite vite, B.B. King vient tout juste de fêter ses 73 ans
et il a eu droit à une version de Happy Birthday lors d'un spectacle qu'il donnait à Greensboro. Pour l'occasion les artistes
présents sont tous montés sur scène pour lui interpréter cette version bluesée. Étaient présents Dr. John, Delbert Mc
Clinton, Buddy Guy et Susan Tedeschi.
Rappelons que ces artistes faisaient partie d'une tournée qui s'est terminée récemment et à laquelle participait aussi Le Roi du
Blues.
 
Marc Champagne (le 16 Oct 98)
 mailto:mchamp@videotron.ca

 

Etre ou avoir été blues...
 
 voici une réponse que fait  Jean-Michel  à la première question du  "forum du Blues" du site "Sur Les Sentiers du Blues" (voir un article précédent de La Gazette).
 

Emotion d'hier ne peut pas être celle d'aujourd'hui, ce qu'on ressent à 20 ans ne ressemble pas à ce qu'on ressent à 30 ou 40...
Le blues, fut une révolution, ne pas oublier l'improvisation et le feeling ( un peu comme dans l'impressionisme, pour la peinture ) sont en premier lieu, les premières pierres.
Les tripes existent toujours, rejouer une partition de blues c'est un peu comme repeindre les tournesols de Van Gogh...
Seulement, aller jouer et se jeter en "impro" sans savoir si les gens vont ressentir quelque chose, mais simplement  parcequ'on à quelque chose au fond à exprimer...
L'époque n'est pas plus facile qu'avant, elle est différente: pour se sentir en équilibre sur un fil, à notre époque de la soupe populaire (et je ne crache pas dans la soupe!), c'est malheureux de voir que l'on travaille avec plus d'ardeur,  ventre vide...
Le blues, le free jazz, l'impressionnisme, l'universalisme... sont des mouvements mis dans des cases d'identifications: je suis presque sûr que l'émotion que faisaient ressentir les créateurs de jazz à leur époque pouvait être comparable, au morceau  "it's raining again", du concert à Paris de Supertramp sous un début de pluie... à leur époque.
Le style de musique est différent, les époque changent, mais l'émotion...
Il est difficile de critiquer la techno, alors que vue dans haut (ou d'en bas) la vie ressemble de plus en plus à du séquentiel, des trains d'information, des générations qui poussent les autres, 50%: école, chômage, travail, et peut-être "in shallah", retraite...
j'ai remarqué (cela dépend peut-être des époques de sa vie) ce que je déteste c'est souvent ce que je suis ( rassurez vous je ne déteste pas souvent),  regardez et écoutez les gens critiquer...

C'est la fin du petit concert, on rentrera heureux ...
Un dernier blues avant de partir...                                     (bill deraime)

Free, all that jazz, votre,
                                           Jean-Michel
 BAES <cobio@club-internet.fr>   Wed, 21 Oct 1998
 

A la Recherche de la Chanson perdue...
 
 La chanson perdue:   il existerait un 30ème titre de Robert Johnson, légende ou réalité??

Deux hypothèses différentes existent concernant cette chanson "disparue".

1ère hypothèse: Robert Johnson a écrit "Mr Down Child" mais est mort avant d'avoir pu l'enregistrer. C'est son "beau-fils" Robert Jr Lockwood
qui a enregistré ce titre, prétendant que Robert Johnson le lui a appris. C'est tout à fait possible, car on sait que Robert Johnson aimait bien Robert Jr Lockwood  et lui a transmis une partie de son savoir. Et Robert Jr ne peut être accusé d'essayer de récupérer un peu du prestige de Robert Johnson: il a son propre style de guitare (en fait assez éloigné de celui de RJ), et ça l'énerve plutôt quand on lui parle trop de RJ ("un seul Robert m'intéresse... votre serviteur..."). On ne voit donc pas pourquoi il aurait inventé le fait que "Mr Down Child" a été écrit par RJ, surtout à une époque où celui-ci n'était pas revenu "à la mode".

2ème hypothèse: c'est au contraire le premier enregistrement de Robert Johnson qui a disparu.
RJ, encore inconnu en 1936, a en effet été auditionné chez H.C. Speir qui possédait un magasin de musique à Jackson, et était réputé pour avoir travaillé avec la plupart des talents du "delta blues" (tels Charley patton, Son House, Skip James, etc), et pour les avoir fait enregistrer. La soeur de RJ (en fait sa demi-soeur, Carrie Thompson) prétend qu'il a alors enregistré un 78 tours ("Terraplane blues" et un autre titre inconnu) qu'il lui a offert. Malheureusement elle a jeté le disque à la poubelle quand il fut usé! Cette version est tout à fait plausible, car Speir avait souvent l'habitude de faire desenregistrements "d'essai".

Conclusion:
Il ne faut jamais jeter un vieux 78 tours sous prétexte qu'il est usé...
Plus sérieusement, je pense que les 2 hypothèses sont réelles: pourquoi donc Robert Jr Lockwood et Miss Carrie Thompson auraient donc inventé ces histoires???  "Mr Down Child" est donc bien un titre de Robert Johnson (dont nous n'entendrons jamais la version), et il existe bien
une autre version de "Terraplane Blues" et un autre titre inconnu sur un 78 tours. Un exemplaire de ce 78 tours existe peut-être au fond d'une
malle, dans un grenier, quelquepart aux alentours de Greenwood ou d'une autre ville du Mississippi....

bluesicalement votre
Uncle Holly    (23 Oct 1998)
 

Greenwood city
 chers Greenwoodiens,
en surfant sur la toile d'araignée, j'ai découvert un site "officiel" de Greenwood, Mississippi!!
Y sont vantés les charmes de la région: champs de coton, élevage de poisson-chats et blues!!
Et au passage, j'ai découvert qu'un "Mémorial à Robert Johnson" (une stèle du plus bel effet, dans le style obélisque de la
Concorde, mais en moins gros, avec une National Steel négligeament posée contre la pierre) se situait dans un cimetière près
de Greenwood, ce que j'ignorais!
En mémoire du grand bluesman, ou pour préparer votre prochain week-end, vous pouvez donc allez vous recueillir sur le site
officiel  (http://www.netdoor.com/com/gcvb/), ou aller voir la synthèse qui en ai faite sur "Blues et Guitare":
http://perso.club-internet.fr/latailla/liste/city.htm (il y a même une carte routière pour vous faciliter l'accès).

greenwoodinièmement votre
Uncle 'Li (26 Oct 1998)
 
 
 

N° précédent | Accueil Gazette | N° suivant