La Gazette de GREENWOOD
n°50 (avril 2003)

Supplément détachable du n°50

retour haut de page



Blues Memories
la genèse du CD de Bo & the Reapers

Dans son extrême bonté, Jean-Michel Borello (Bo, pour les intimes) a informé en direct-live les abonnés de la liste de diffusion LGDG (LGDG@yahoogroupes.fr) de l'évolution du CD qu'il projetait de faire. Avec ses mails envoyés du 3 Octobre 2002 au 26 mars 2003, retrouvez ci-dessous les envolées lyriques, les états d'âme et les explications de Bo sur la genèse du CD Blues Memories chroniqué dans la Gazette de Greenwood n°50!






3 octobre 2002

Mes chers amis bluesophiles,
Quelques nouvelles du groupe préféré de ma maman : Bo and the Reapers!

Nous commençons l'enregistrement de notre nouveau CD. Il s'appellera (en principe) Blues Memories et sera un peu dans l'esprit de "Hot'n'Spicy". Comme celui-ci était un voyage dans l'espace (le Sud des US), Blues Memories sera un voyage dans le temps. En fait, il y aura dix nouvelles compos sur les musiques, les gens qui m'ont marqué.
Y'aura donc du Rockabilly (ben oui, en 60, je portais les amplis pour les Diables Noirs de Nice...), des hommages au Blues de Chicago, aux grands du jazz, à Billy Boy Arnold (le premier bluesman que j'aie jamais écouté en 62, il me semble), à la soul music, à Chuck Berry, une samba Blues (j'ai quand même habité 8 ans au Brésil...), une suite à "Free Mason Blues", un inévitable "When MO Left The Reapers", un boogie woogie instrumental qui va bien faire transpirer Automatic Slim et un morceau sur LGDG. Ben oui, vous êtes quand même importants pour moi, les amis...Même si je ne m'exprime plus beaucoup.
Ca paraît un peu disparate tout ça, mais vous verrez, ça reste quand même bien Blues roots. On ne se refait pas!
On va commencer l'enregistrement ce week-end, dans ma cave qu'on va aménager en studio. C'est le grand, l'immense Didier Lamaze qui va encore une fois opérer les manettes.
Le groupe de base, c'est Pins (guitare), Jeff (basse) et Stephane (drs). On va juste faire les rythmiques plus les solos de guitare et les vocaux. Ces deux derniers seront probablement refaits par la suite. Mais c'est mieux de faire live, ça donne plus de vie aux rythmiques, quitte à refaire par-dessus ensuite si ça a un peu bavé. Et Dieu sait que quand je m'y mets, je peux baver !! Les week-ends suivants, on ajoutera l'harmo (Aissa est actuellement en vacances au Brésil), le piano et un peu de violon, de percus et de chœurs. Et on refera les vocaux, sûrement.
Après, ça sera le mixage (ça, c'est le plus long à faire), la pochette et la fabrication, la SACEM et tout ça.
Voilà, encore une grande aventure qui s'annonce...C'est le 4ième CD que je fais. En gros, on les a tous plutôt bien vendus, et les gens avaient l'air assez contents de les écouter...Surtout ma maman.
A chaque fois, je me dis qu'on ne va jamais y arriver, qu'on n'est pas prêts, que les compos ne sont pas terribles, mais bon, on a bien toujours réussi à les sortir !
Voilà, je vous tiens au courant dans les prochains jours !
Amitiés bluesistiques
Jean Michel





3 octobre 2002

Mes chers amis bluesophiles,
Pour répondre à Oli qui dit par rapport au nouveau cd: "Quant au morceau sur LGDG, je crains le pire ;-)"
Oui,Oli,tu as hélas raison,attends toi au pire!! En fait,c'est un blues en 8 mesures avec break (type Crawdad) que je souhaite assez lourd. Allez,disons le mot,dans l'esprit ZZ Top. Couvrez vous la tete de cendres,vous les puristes confits dans vos béates certitudes!!! (j'aime bien cette phrase) Les paroles parlent de LGDG, des Flyin fishes, du sheriff et du mayor. Sans beaucoup de prétentions shakespeariennes.
Et Poils demande: "Excellente démarche... Des textes en Français ? De l'acoustique ?"
Oui, il y aura de l'acoustique: "When Mo left the Reapers" dans la grande tradition Lightnin Hopkins (enfin presque) J'ai eu l'idée d'y être accompagné par l'excellent violon de François (celui qui le faisait déjà dans "Voodoo in my head") pour bien montrer que Mo est irremplaçable! Non,pas de texte en français. J'y sens pas. J'ai essayé,mais à chaque fois ça ressemble à du Johnny ou à du Eddy Mitchell. Et puis,zut,le blues reste pour moi une musique régionale et ça me gênerait que des japonais fans de bourrée auvergnate chantent "les fiancés d'Auvergne" en japonais. Voilà.Excuse me Poils...
Et puis Henri 244 dit (et je le remercie,on en aura bien besoin) "Plein de bonnes choses à toi Jean-Michel. Que la force soit avec toi et ton groupe pendant l'enregistrement ;-) Après avoir lu ton message, on a presque envie que tu filmes la séance pour ne pas perdre une miette..."
Là franchement, ça sera déjà assez galère comme ça... Si en plus on doit filmer la séance... On fera des photos par contre,je pense,pour la pochette peut-être...
A ce propos, "Jammin the Blues" a été filmé à Bourges par Mme Champarou elle-même.C'est terrible,on voit distinctement tous les plantages que Magic Lamaze a réussi à planquer au mix...
Allez,salut et à bientôt
Jean Michel





6 octobre 2002

Mes chers amis bluesophiles,
Voilà, on vient de terminer l'enregistrement des pistes rythmiques et des solos de guitare de notre futur opus : "Blues Memories". La semaine prochaine, ça sera les re-re de piano, de violon, les percus et les voix. Et en novembre, l'harmo. Et après ça, le mix...
Un week-end d'enfer, mais quand même drôlement intéressant. Je conseillerais à tout le monde d'enregistrer un CD de temps en temps, ça aide à redevenir modeste, au cas où on aurait oublié ! Cette sacrée bande magnétique ne laisse rien passer !
Et bien sûr, les meilleures versions sont celles que Didier n'a pas enregistrées, pensant qu'on se chauffait seulement les doigts...On commence quand même à voir un peu ce qu'il va donner, ce futur bébé...Y'en a qui vont être surpris par les Reapers...Y vont dire : voilà, Mo est parti et alors ils s'éloignent du Blues...mais non, le blues est bien toujours là, habillé un peu différent, c'est tout. Enfin, vous verrez bien...
Pour son fan club (:)))), je tiens à préciser, que oui, Pins prend un solo et qu'il est excellent.
Le "Greenwood Gazette Blues" est bien sorti. Ca vous plaira sûrement, surtout que l'immense François "Voodoo in my head" Mijeon va l'illuminer de son violon magique dès la semaine prochaine!
J'espère que "Blue Mangueira" fera la même carrière que "Voodoo In My Head", il y a quelques trucs amusants dedans ! Aissa va se régaler en jouant là-dessus quand il rentrera du Brésil ! Surprise !
Allez, à bientôt et ne vous énervez pas trop!
Jean Michel - qui doit se ménager cette semaine-, y'a encore un long week-end la semaine prochaine!





13 octobre 2002

Mes chers amis bluesophiles,
Samedi, c'était la deuxième phase de l'enregistrement de "Blues Memories", notre 4ième CD.
Vous vous souvenez que le week-end dernier, nous avions bouclé les rythmiques et les solos de guitare des 11 morceaux prévus. Hier, c'était diverses petites choses complémentaires. J'ai d'abord commencé à mettre un peu d'orgue sur le blues lent "Beetween The Compass And The Square" et sur le morceau soul "Doin' It". Je préfère m'occuper de l'orgue moi-même sur mon vieux Elka, je trouve qu'il a un bien meilleur son que le clavier de Slim, correct pour le son de piano mais pas bon pour l'orgue. Et comme Slim refuse tout autre clavier que son machin, …
Et moi, ça me fait tellement plaisir de me prendre pour Booker T !
Et puis, en attendant les autres, Didier m'a fait refaire ma partie rythmique dans "Blues Passion" (un shuffle à la Magic Slim) qu'il trouvait, à juste titre, un peu fausse. Didier est précieux pour ça : entre autres qualités, il a l'oreille absolue. Pas moi, loin de là ! Sur ce point, à moins de deux tons de différence, rien ne me dérange.
Après, François a enregistré ses 3 parties de violon, sur "WhenMo Left The Reapers", sur "Greenwood Gazette Blues" et sur "My Jazz Heroes". Comme Toujours, très contracté au début, il est devenu très bon au bout d'un moment. François est un luthier vichyssois et un spécialiste du blue grass, au violon, mais surtout à la mandoline. J'aime bien ce qu'il fait, ça change un peu de notre sempiternel pentatonique !
Et puis Jeff (notre contrebassiste) est arrivé pour faire un chorus de scat avec moi sur "My Jazz Heroes", un classique anatole [NDLR: voir explication ci-dessous!] avec un son dans le genre de "Salvador Plays The Blues", pour ceux qui connaissent.
Jeff m'a toujours étonné au scat. Il le fait très peu, mais il est vraiment drôle quand il s'y met.
Enfin, Jean Guy est venu faire les percus brésiliennes sur "Blue Mangueira" qui sera, il me semble, le point fort du CD...On a préparé le terrain pour que Aissa improvise un de ses chorus d'harmo dont il a le secret sur une batterie d'école de samba, que je vous dis que ça !…Ca va faire très mal, je le sens. Surtout qu'il va justement revenir du Brésil à ce moment-là ! Samedi prochain, on fait les solos de piano avec Slim et je vais commencer les vocaux.
Tout ça, c'est du boulot, mais qu'est ce que ça m'intéresse ! C'est super, de voir naître peu à peu les sons qu'on a dans la tête et auxquels on pense depuis des mois !
Amitiés bluesophiles.
Jean Michel

Mais que vient faire Anatole dans ce disque??

Alors là,je vais t'apprendre quelque chose...
Le mot "anatole" vient de l'argot des musiciens de jazz français. Je ne me souviens plus trop pourquoi ils avaient mis ce prénom sympathique pour désigner une grille harmonique classique en 32 mesures. A peu près un tiers des morceaux de jazz sont bâtis sur cette forme. L'autre tiers, c'est la forme du Blues. le dernier tiers, c'est du divers (ballades,rags,etc...).
Les américains appellent l'anatole "the usual" ou "the rhythm" (du nom d'un très célèbre morceau de Gershwin bati sur cette grille :"I got Rhythm").
My jazz heroes utilise exactement les accords de I got Rhythm. C'est une forme en AABA (c'est à dire 2 fragments de 4 mesures identiques,1 pont et retour à la première pour terminer ) Par équivalence le Blues serait AAB.
L'enchainement des accords peut légèrement varier,surtout sur le pont,mais en gros,c'est toujours pareil. On peut improviser dessus en utilisant une gamme pentatonique de Blues (ce que je fais en général) mais c'est quand meme plus chic d'utiliser des gammes dites "de jazz" ,avec plus de notes que la penta.
Et voilà!
Jean Michel





25 octobre 2002

Mes chers amis bluesophiles,

Donc, où en sommes nous, les Reapers, avec notre nouveau concept CD, qui s'appellera " Blues Memories " ?
Je vous avais laissés, il y a deux semaines, au moment où nous avions terminé l'enregistrement des parties rythmiques et des solos de guitare. Le week-end suivant avait été consacré aux percus avec Jean Guy, au violon de François et au passage de scat avec Jeff dans " My Jazz Heroes " (Merci, Poill's !:)))
Cette semaine, entre midi et deux (le studio de notre technico-magicien Didier est tout près de mon boulot), je suis allé faire les vocaux. Ca s'est plutôt bien passé, avec toujours mon émerveillement d'enfant pour la technique moderne ! Il travaille sur Mac, avec Digital Performer (l'équivalent de Pro-Tools pour PC) et ça permet beaucoup de choses étonnantes. Par exemple, si une phrase n'est pas en place, on la remet en mesure d'un coup de souris ! Et je ne parle pas des extraits qu'on prend sur une prise pour les mettre sur une autre prise ! Y'a qu'une chose qu'on ne peut pas changer, c'est le feeling. Il y est ou il n'y est pas, ce petit truc bien mystérieux qui fait qu'il y a encore un peu d'humanité dans ce monde de plus en plus virtuel où nous essayons de survivre !
Justement, ce feeling, je verrai après s'il y est suffisamment .Didier me fera un CD la semaine prochaine que j'écouterai à tête reposée… Quitte à reprendre certains vocaux si ça ne pas. On ne se rend pas forcément compte de ça, sur le moment, on est trop obnubilé par la justesse, la mesure, la correcte prononciation (après, j'ai Ben qui me tombera dessus si je prononce mal certains mots !) En tout cas, j'ai adoré m'appliquer sur les noms des types qui ont été (et qui sont encore) mes idoles musicales. Il y a trois morceaux comme ça, où l'essentiel des paroles, c'est l'énumération de noms : " Blues passion " , " My Jazz Heroes " et " Doin' it " (sur la soul)
Sur un autre point, en réécoutant bien ce qu'on a fait instrumentalement, je trouve que c'est quand même pas mal. Voilà. Stephane, le batteur et Jeff, le bassiste, se sont débrouillés comme des chefs et Pins à la guitare rythmique assure vraiment. Un métronome, le mec ! Et les solos sont respectables, surtout que comme ils ont été improvisés live, ils sont pleins de vie, même s'il reste des défauts de ci de là. Comme on le voulait.
Hier, on a fait les parties de piano avec Slim.Ca s'est bien passé à part sur " Boojie Woojie à la Roquebroue ", un boogie bien casse- gueule avec changement de ton toutes les 24 mesures où là ça a vraiment été dur pour Slim.
Ca n'était pas de sa faute, le pauvre, mais c'est le seul morceau où on a vraiment bougé rythmiquement sans le vouloir. On ne s'en était pas rendus compte, autrement, on l'aurait refait sur le moment. Didier était furax que Stephane ait refusé le classique " clic " dans le casque du batteur !
Bref, on a passé trois heures sur ce machin, à faire transpirer Slim, pour arriver à un résultat moyen. Je ne sais pas encore si on va vraiment garder ce morceau.
A part ça, j'ai ajouté quelques " gags " d'une vingtaine de secondes chacun pour mettre avant quelques morceaux J'avais été marqué, à l'époque, par les premiers disques des Mothers of Invention où Frank Zappa utilisait bien ce procédé.
D'abord, bien sur, l'inévitable Blind Joe Castlebridge qui présente le CD. C'est Yasha qui le fait, en français, avec son inimitable accent américain, par dessus des bruits de ferme (poules, vaches). Et puis, Blind Joe chante un blues qu'il a enregistré en 1938 et qui s'appelle " The Reapers' Blues " J'ai fait ça chez moi, sur mon Cubase (qui me paraît bien rustique maintenant) et Didier m'a " vieilli " mon enregistrement avec un truc sur Wave Lab et qu'on avait déjà utilisé sur " My Computer Aint Work Anymo' " de " Hot 'n'Spicy ". Avec Yasha, j'ai aussi enregistré un duo de " hipsters " des années quarante, un peu dans l'esprit de Slim Gaillard, sur lequel on rajoutera des bruits de rue. Ca introduira " My Jazz Heroes ", un morceau bien dans cet esprit-là.
Je vais aussi enregistrer un dialogue entre Jeff et moi dans un bistrot à propos du Rock'n'Roll et que je veux mettre avant " Black Devils Bop ".
Et puis, je veux aussi mettre des bruits du Brésil (que je vais piquer sur des disques que j'ai) qui seront avant " Blue Mangueira ". Ce morceau va sortir magnifiquement, je le sens bien. La première synthèse Blues/batterie d'école de samba de l'Histoire, les mecs ! ! ! Faut pas trop le dire, mais j'ai piqué la base sur un disque de Padre Miguel, la meilleure batterie de Rio, à l'époque où je vivais là bas. On a rajouté des percus live avec Jean Guy, pour que ça fasse plus réel. Le résultat est saisissant. J'ai hâte de voir ce que Aïssa va faire là-dessus !
Et enfin, une radio américaine quelconque avant " Drivin' in the USA, ça fera très bien, juste avant ce truc très Chuck-Berrien !
Ah oui, hier, on a aussi enregistré une conversation téléphonique avec Oli où je lui demandais l'autorisation d'utiliser le nom de Greenwood Gazette pour un morceau de notre CD. A la réécoute et après montage, c'est drôle ! Même si Oli était un peu surpris. Excuse moi, Oli, c'est pour la bonne cause ! !
On réfléchit aussi, avec Didier, à un morceau caché (à la fin du CD). Ca pourrait être un morceau techno, à la Moby, en utilisant des extraits d'un ou deux morceaux du CD et en les flanquant sur une rythmique de synthèse. Tremble, Patrice !
En principe, le dimanche 10 novembre, il ne restera plus qu'à enregistrer Aïssa et après on attaque le mix final !
Voilà, excusez-moi si j'ai été un peu long. Pour ceux qui suivent mes messages à ce sujet, c'est drôle, d'accompagner la gestation d'un CD, non ? ?
Amitiés bluesophiles
Jean Michel





28 octobre 2002

Mes chers amis bluesophiles,
La suite du grand feuilleton de l'automne que tous les vrais esthètes de la LGDG attendent avec impatience : la gestation du nouveau CD des Reapers : Blues Memories !
Je suis retourné aujourd'hui à midi au studio de Magic Lamaze pour deux petites heures. On avait décidé de reprendre le vocal que j'avais fait jeudi dernier sur " Drivin' in the USA ". On le trouvait trop mou pour ce morceau, un hard shuffle à la Chuck Berry. Je lui ai demandé de changer un peu le mix dans le casque, de mettre plus de guitare rythmique et de grosse caisse ,de baisser ma voix pour me forcer à chanter plus fort. C'était nettement mieux comme ça. On n'a fait que 3 prises et la dernière était la bonne. Le mix dans le casque, c'est très important quand on travaille comme ça.
On a aussi écouté le " Back in USSR " des Beatles qui ressemble de loin, d'après Didier, à " Drivin' in the USA ", pour voir quelles avaient été leurs options de mixage. C'est très formateur d'écouter un morceau avec Didier, il fait attention à des trucs dont je n'aurai jamais l'idée ! Comme le fait qu'il n'y a aucun effet sur la voix de Paul, très rentrée dans l'orchestre et placée tout à côté de la caisse claire.
Après, on a repris le fameux " boojie woojie à la Roquebroue " (à ce propos, presque tous les types dont parlait Jocelyn hier étaient justement à la Roquebroue cet été !), ce morceau sur lequel Automatic Slim avait tant ramé jeudi à cause de la brutale et involontaire accélération de la section rythmique. Je crois qu'on a réussi à le sauver (le morceau, pas Slim) en faisant une coupure juste avant l'accélération, et en y intercalant un vibrant : " Oh, do the boojie woogie à la Roquebroue " suivi d'un tonitruant chant du coq. L'effet de surprise et la coupure font qu'on ne remarque presque plus l'accélération ! C'est même un effet plutôt réussi ! Comme disait Jean Cocteau, si les évènements nous échappent, faisons semblant de les organiser !
Pour finir, on a mis des bruits d'ambiance sur les petits sketches qu'on posera avant certains morceaux. Ainsi, Blind Joe Castelebridge parlera dans une cour de ferme, avec poules et chiens, les deux hipsters qui sont avant " My Jazz heroes " seront dans une rue de New York, avec sirène de flics, " Driving in the USA " commencera par un bruit de voiture. Tous ces bruits, je les ai trouvé dans des CD de bruitage à la médiathèque de Clermont. Y'en a une bonne vingtaine. Ma copine Christine qui s'occupe de ce bizness était contente que quelqu'un, enfin, s'intéresse à ces CD !
Prochaine étape, les derniers enregistrements : l'harmonica de Aïssa et les chœurs de Carrie, le dimanche 10 novembre. Après, alea jacta est !
Le soir, on fera un CD prémix pour voir s'il n'y a pas d'erreurs manifestes à corriger avant de se lancer dans la principale étape : le mixage final. On fera ça vers la mi-novembre et ça prendra bien deux grosses semaines de pinaillage, de doute et d'angoisse.
J'ai eu aussi une idée hier pour la pochette. J'ai trouvé sur un bouquin de photos US, " Main Stream USA ", une photo d'un salon de coiffure très sixties avec un petit garçon dans le fauteuil. Le vieux coiffeur lui fait une coupe à la Brian Jones. La photo est bien sympa et va bien (il me semble ) avec le titre Blues Memories.
Y'a plus qu'à écrire les textes ! Pour la mise en place, je me servirai de la maquette de " Jammin' the Blues " qu'avait fait Mo, ça simplifiera le travail !
Je suis en train de me dire que ce coup-ci, je prends vraiment toutes les décisions tout seul. Avant, on décidait à deux, avec Mo. Les autres membres du groupe ne s'intéressent malheureusement pas trop aux enregistrements. Ils aiment bien jouer et c'est tout...Pour moi, c'est à la fois grisant et angoissant ! Enfin, si le résultat du CD n'est pas vraiment terrible, je ne pourrai m'en prendre qu'à moi-même!
Mais je sens ce CD plutôt bien parti pour l'instant.
Amitiés bluesistiques
Jean Michel





10 novembre 2002

Mes chers amis bluesophiles,
Plusieurs d'entre vous se sont dernièrement inquiétés de l'avancement du nouvel opus des Reapers, "Blues memories". Hé bien, je dois vous dire que ça se passe très bien. Nous venons, il y a juste une heure, de terminer l'enregistrement des parties d'harmonica de HarpAïssa (de retour, tout bronzé et amoureux de Rio de Janeiro) et je confirme que ce type est vraiment surprenant...Et pourtant, je le connais depuis une bonne douzaine d'années... Je lui avais envoyé par courrier le CD des parties rythmiques qu'on avait enregistrées et il a bien bossé dessus. Il a réussi à complètement transformer certains morceaux au point de les rendre franchement méconnaissables...Je pense en particulier à "I Heard Billy Boy Blow", une simple démarcation de "I Wish You Would" et qui ressemble maintenant à un truc africain...Au début, j'ai fait la grimace, ça sortait pas mal de ce que j'avais en tête, mais en fin de compte, c'est super ce qu'il a fait...
Il a eu quand même un peu de mal sur le morceau "Blue Mangueira" ou il devait jouer au-dessus d'une batterie d'école de samba, mais il y est finalement bien arrivé. On va s'amuser comme des petits fous au mixage de ce morceau ! On a facilement rempli 48 pistes !
Avec ce CD, les types qui accusent les Reapers d'être des intégristes du Blues faisant toujours la même chose vont être surpris...
Encore une fois, Didier Lamaze, notre ingénieur du son, a été impérial derrière la console, qu'on avait de nouveau montée dans mon sous-sol. Il aime bien le son de mes voûtes du XVIIème ...
Pour tous les collègues musicos qui veulent enregistrer, je ne peux que leur conseiller de se payer un vrai pro et de ne pas faire ça avec un copain de bonne volonté...On voit vraiment la différence.
En plus, Didier m'a fait la surprise d'un superbe solo de ténor sax dans "My Jazz Heroes" qu'on a mis à la place de mon solo de guitare qui n'était vraiment pas terrible...Il a fait ça dans l'esprit de Lester Young et ça colle super dans le morceau.
Voilà, maintenant, il reste à faire les chœurs (modestes) avec Carrie. Ensuite, on attaque le mixage. Je pense que ça sera terminé à la fin du mois de novembre si on bosse bien.
Entre temps, je dois m'occuper des textes de pochette (demain, en principe) et de la maquette de la pochette.
Il reste pas mal de boulot, quand même. Je pense sortir le CD vers la fin janvier. Enfin, en principe...
Amitiés bluesophiles
Jean Michel





15 novembre 2002

Mes chers amis bluesophiles,
Le monde peut bien s'écrouler, Saddam Hussein bombarder la Principauté de Monaco, Pascal Obispo gagner le prix " nouvel espoir " des WC Handy Awards, les Reapers continuent imperturbablement à travailler sur leur nouveau CD.
Et ça avance à pas de géant.
Comme vous le savez, si vous suivez mes mails avec attention (ce dont je ne doute pas), nous sommes entrés dans la délicate phase du mixage. On fait ça entre midi et deux, dans le petit studio que Didier a installé chez lui. On travaille avec le Mac (Pro Tools) et le PC (Waves) Grâce à ces programmes, ça va beaucoup plus vite que je ne le pensais, puisqu'on a déjà réussi à mettre 3 morceaux en boite en deux séances ! C'est vrai que le fait de n'être que deux à travailler simplifie beaucoup les choses. J'en suis bien revenu de la sacro-sainte création collective ! Comme les choix de mixage sont quasi infinis, ça devient rapidement inextricable en étant plus de deux !
Donc, on a commencé par Blue Mangueira, ce morceau en mineur Blues/Brésil où on fait à un moment intervenir une battucada pour accompagner l'harmo de Aïssa. Franchement, ça sort bien.Ca n'est plus vraiment l'ambiance Muddy/Little Walter, mais c'est un beau morceau de musique. Il dure plus de cinq minutes sans qu'on sente le temps passer, il se passe tellement de choses dedans.
Aujourd'hui, on a mixé " My Jazz Heroes " et " When Mo Left The Reapers " sans difficultés, on a pratiquement gardé les mêmes options de mix que pour Blue Mangueira, avec un son très naturel, presque sans effets. Mais avec beaucoup de présence des solistes.
Là où on a eu le plus de mal, c'était sur le violon de François : il faut avouer qu'il n'était pas en grande forme le matin de l'enregistrement et il a fallu pas mal charcuter sa partie pour en sortir quelque chose d'exploitable.
Deux belles surprises dans My Jazz Heroes : le solo de sax de Didier (somptueux) et le scat de Jeff (très drôle)
Voilà, maintenant, il faut attendre le 9 décembre pour continuer les 10 autres morceaux car Didier est pris sur un autre projet (qu'est- ce qu'il bosse, ce mec.) Entre temps, je vais m'occuper de la pochette.. Autre aventure..
A plus,
Amitiés bluesophiles
Jean Michel





8 décembre 2002

Mes chers amis bluesophiles,
Donc, pour ceux qui n'on pas bien suivi les leçons précédentes, je vous rappelle que les Reapers ont enregistré un nouveau CD (Blues Memories, basé sur nos racines) en novembre et que nous sommes actuellement dans le délicat processus du mixage. Pour l'instant, après avoir fait 3 morceaux, notre ingénieur du son, le grand, l'immense Didier Lamaze, s'est arrêté pour faire autre chose (le CD d'un groupe très populaire dans le coin, Aligots éléments) et nous ne reprendrons que vers le 12 décembre. Bien sûr, je me suis rendu compte qu'il y avait des trucs qui ne me plaisaient pas dans au moins 1 des 3 morceaux mixés "Blue Mangueira". Le surdo interfère trop avec la contrebasse de Jeff. Donc, faudra virer le surdo. Ceci dit, les gens qui ont écouté ont bien aimé les 3 morceaux! Ouf !
Entre temps, j'ai fait la pochette. Avec une copine de Mo, Claire, qui avait déjà fait Hot'n'Spicy" et "Jammin the Blues". Le fait de garder la maquette de ce dernier et de ne changer que les photos et les textes a fait gagner beaucoup de temps sur Quark Express. En deux heures, elle avait torché la pochette. Elle a de la gueule .
Tiens, pour ceux qui ont la patience de lire, je vous mets le texte qu'il y'a dans la pochette. Dites-moi s'il y a des trucs pas clairs ou un peu cons !
Ceci est le 4ième CD des Reapers.
Comme " Hot and Spicy " était un voyage dans l'espace (essentiellement celui du sud des Etats-Unis), celui-ci est un voyage dans le temps, celui de notre mémoire.
Blues Memories est en effet une compilation de compositions qui rendent hommage aux musiques qui nous ont influencés depuis nos premiers balbutiements instrumentaux. Le Rock'n'Roll, le jazz, la soul, la Samba. Et bien sûr, le Blues, qui imprègne profondément tout ce que nous faisons. Le CD commence par une ancienne chanson de Blind Joe CastelBridge, le grand bluesman méconnu et qui est maintenant devenu un vieil ami : "Reapers Blues" .. Nous incluons une de ses compositions dans chacun de nos CD. Il a été enregistré sous la véranda de sa ferme, dans sa chère ville natale de Itabuna (Mississippi).
"Blues Passion" est un classique shuffle de Chicago, où je prends le plus grand plaisir à citer un certain nombre de grands bluesmen de l'Histoire. En fin de compte, la sonorité de ces noms mythiques valent bien " My Baby's Gone "!
"BlueMangueira" est peut-être bien la première fusion Samba/Blues !. Elle fait référence à la Mangueira, la grande école de Samba de Rio de Janeiro avec qui j'ai eu la chance de pouvoir défiler en temps que cuiqueiro entre 1978 et 1981.Harp Aïssa y prend un solo éblouissant, accompagné par la Batterie du GRES Unidos do Morro de Chanturgue, une excellente formation de Samba de Clermont Ferrand, menée par Jean Guy Belli "When Mo Left The Reapers" fait référence au départ de Mo, dans l'été 2002 ..Ce blues très classique a été composé dans la foulée, pour tenter d' exorciser le cruel dilemme que sa décision nous avait causé. J'y suis accompagné par le violon de François Mijon, pour bien montrer que l'harmonica de Mr Mo est irremplaçable.
"Black Devils Bop", un rockabilly à la Gene Vincent, parle des " Diables Noirs ", le groupe de Rock niçois pour qui je trimballais les modestes amplis au début des années soixante. J'aimerai bien savoir ce qu'ils deviennent aujourd'hui.
"I Heard Billy Boy Blow" est un hommage au premier disque de blues que j'ai pu écouter : " I wish you would " de Billy Boy Arnold. C'était en 1962, il me semble. Pour ce CD, j'avais demandé à Harp Aïssa de faire quelque chose de différent de Billy Boy et il s'y est employé à merveille ! Steph est particulièrement excellent dans ce beat très africain.
"My Jazz Heroes" est dans l'esprit de " Blues Passion ", mais dédié aux grands du jazz, cette fois-ci. Nous partageons le chorus de scat avec Jeff et on s'y est bien amusés ! Didier Lamaze nous fait l'honneur d'un grand solo de saxophone, très lesterien ! Le son du morceau est très inspiré par le merveilleux " Salvador Plays The Blues "
"Greenwood Gazette Blues" évoque la liste de diffusion créée par Olivier de Lataillade et attachée au site Internet du même nom (http://www.gazettegreenwood.net). Elle m'accompagne quotidiennement quasiment depuis sa création et un bon nombre de colistiers sont maintenant devenus des amis.
Automatic Slim est en vedette dans Boojie Woojie à la Roquebroue , un excellent titre instrumental dédié au festival cantalien du même nom. "Beetween the Compass and the Square" est une suite au " Free Mason Blues " de " Hot'n'Spicy " Les initiés apprécieront.
Dans "Doin' it", je prends, là aussi, un grand plaisir à citer les géants de la Soul Music et de quelques uns de leurs titres fétiches.
Et enfin, le CD se termine (enfin presque.) sur "Drivin' in the USA", un morceau d'inspiration très ChuckBerrienne qui fait référence au livre de Jack Kerouac " On the Road " et à ce qu'on peut ressentir en roulant sur les Highways américaines .
Voilà, listen and enjoy (Enfin, we hope so.)
Jean Michel " Bo "Borello





12 janvier 2003

Mes chers amis bluesophiles,
Hé bien, ce CD (Blues memories) est maintenant quasiment terminé. En fin de compte, ce travail m'a bien aidé à surmonter quelques difficultés personnelles dont je vous ai parlé par ailleurs.
On a fini tous les mix, la pochette est faite, il ne reste plus qu'à rajouter quelques chœurs (Carry et Yasha) et à faire le mastering (opération très importante pour le son final du CD sur votre chaîne). Il faut maintenant que je le fasse écouter aux autres Reapers pour avoir leurs impressions. Depuis qu'on l'a enregistré, tout le boulot, c'était Didier (le technicien de son) et moi . Il a sacrément changé depuis ! J'espère que ça leur plaira, sinon, je suis mal s'il faut tout recommencer.
Si tout va bien, tout devrait être OK dans deux/trois semaines, prêt à être envoyé à l'usine.
Ecoutez, après les doutes et les affres de l'enfantement, il est quand même pas mal ce CD ! Oui, oui, je l'aime bien. Certains morceaux plus que d'autres, mais, bon, dans l'ensemble, c'est bien le projet que j'avais en tête depuis deux ans. Ca ne va pas révolutionner l'histoire du Blues enregistré, mais ça me semble être un CD original, honnête, plaisant par sa diversité et sa simplicité. Voilà. Autant se jeter des fleurs tout seul et ne pas attendre que TRB :)) le fasse pour nous !
Je suis toujours sidéré d'écouter ce que Harp Aïssa a pu inventer. Je ne m'en lasse pas. Ben (si tu nous lis encore.), je pense que tu vas aimer, toi qui demandes toujours de sortir des plans Sonny Boy/ Little Walter. A propos de Harp Aïssa, il ne va pas très bien en ce moment. Ceux qui le connaissent, appelez-le, ça lui fera sûrement plaisir .
Tiens, comme à vous je ne cache rien, je vais terminer en vous parlant du morceau caché (le fameux 13ième morceau.) Vous vous souvenez peut être que le CD démarre avec un morceau de Blind Joe Castlebridge, le " Reapers Blues " interprété en acoustique par votre serviteur dans la grande tradition Son House/ Booka White, du hard Delta quoi. Et avec les bruits des poules de Blind Joe derrière. Hé bien, le CD se termine sur le même morceau, mais dans une version " remix ", Blind Joe en dub/scratch ! ! je vous assure qu'il faut l'écouter pour le croire !
En fait, Didier travaille avec des jeunes DJ de la zone clermontoise. On leur a emprunté un de leurs mix (assez R&B) et on mis dessus la voix de Blind Joe. Bon, OK, ça ressemble vaguement à du Moby, mais ça ,on peut difficilement l'éviter dans ce style. En fin de compte, c'est pas très compliqué à faire, ce genre de truc (enfin, si Didier est aux manettes, moi ça m'aurait pris trois mois !)
S'il y en a qui veulent ce morceau en MP3, il suffit de me le demander. Je me ferai un plaisir de vous l'envoyer.
Et voilà.
A bientôt pour de nouvelles aventures !!
Jean Michel





23 janvier 2003

Oui, au fait, où en sommes-nous dans notre projet apparemment sans fin de " Blues Memories " ?
Et bien, ça avance. Les mix terminés, on est maintenant dans la phase du mastering, c'est à dire qu'on reprend tout, morceau par morceau en appliquant une équalisation (balance grave/ médium/aigus) appropriée et une compression judicieuse .La compression, c'est en gros, abaisser les forte et remonter les pianissimo .Si on le fait sans exagérer, la musique apparaît comme étant plus " brillante ". Ces deux opérations améliorent de beaucoup le son final du CD et font vraiment la différence entre un produit amateur et un produit pro. Il faut beaucoup d'expérience et d'oreille pour faire ça avec bon goût. Didier continue à m'impressionner dans sa maîtrise de ces machins. Tout seul, j'en serai bien incapable. Pour ça, on se sert de Wave Labs et de ses nombreux plug ins.
Hier, je lui ai payé son boulot. Je lui ai fait un chèque d' un petit millier d'euros, comme convenu. Par rapport au temps qu'il y a passé et à la compétence que ça demande, je ne trouve pas ça cher.. Et puis, j'ai beaucoup appris en faisant tout ça à son coté J'ai vécu des moments passionnants. Parfois, je me dis que je me suis peut être trompé de métier ! J'aime vraiment beaucoup le travail de studio, cette impression de faire naître quelque chose de chouette à partir d'un magma sonore plus ou moins ragoûtant. On n'a pas idée de l'importance du travail de studio lorsqu'on écoute un CD, même le plus simple ! J'ai plus apprécié ce coup-ci que pour nos autres CD, pour lesquels j'avais un peu de mal à comprendre ce qui se passait.
Ah oui, et puis après écoute et re-écoute, j'ai retiré un morceau : le dernier " Drivin in the USA ", un truc à la Chuck Berry, pas vraiment raté, mais qui n'apportait pas grand chose. Et il faut bien avouer que par les temps qui courent, j'ai un peu de mal à entonner un hymne qui pourrait être interprété comme étant à la gloire des Etats-Unis ! Alors, je le remplacerai par un truc que j'ai écrit avant hier : Blues for George Bush . Je l'enregistrerai la semaine prochaine, tout seul en acoustique et je pense que ça clôturera bien le CD. Je sens bien ce morceau.
On a abandonné l'idée de demander à Yasha et à Carrie de faire des chœurs, vu la difficulté qu'il y a à s'organiser entre les différents agendas. Et puis, je ne voyais plus vraiment l'intérêt d'introduire des chœurs.
Voilà, il restera ensuite à corriger le texte de pochette (puisque la liste des morceaux a changé), prévenir la SACEM et la SDRM des changements et envoyer le tout à l'usine pour les tirages. Je rappelle que l'usine ne produit pas les CD tant qu'ils n'ont pas l'accord de la SACEM.
Donc, les CD seront disponibles vers la fin février, il me semble. Je pense que ça sera un bon cd et que ça plaira même peut-être au type de TRB.
Et voilà,
Amitiés bluesophiles
Jean Michel
there's a whole lotta people talkin, but a mighty few people know-Rice Miller-





26 mars 2003

Ms chers amis bluesophiles,
J'ai été très content de la superbe critique qu'a faite René de "l'œuvre" des Reapers ! Je ne pensais vraiment pas qu'il allait faire çà !
Par rapport à la question qu'il pose sur "Live at the Chicago BluesFest", c'est vrai qu'il n'apparaît plus sur le site de Bo and the Reapers (www.boandthereapers.fr.fm ). En fait, c'est vraiment un CD pirate, enregistré directement sur la console de la sono, et il a tous les défauts de ce genre de truc. Ceux qui ont écouté nos CD savent qu'on est très soigneux côté son et celui-là n'est vraiment pas à la hauteur des autres, même s'il est sympa de par le coté spontané.
Donc, exit, le "live at the Chicagofest" Par contre, on le donne à qui nous achète deux cd ! Super, hein?
Pour revenir à la critique de René sur "Blues Memories", je le trouve bien injuste par rapport à "When Mo Left The Reapers". C'est pour moi un des sommets du CD (avec les contre-chants de Harp Aïssa sur Blue Mangueira).On a enregistré ce morceau d'une façon très spontanée et la deuxième prise était la bonne pour moi. J'ai ressenti beaucoup d'émotion en l'enregistrant et ça s'entend bien dans le CD...Quoi d'autre à attendre du Blues, René ??? En fait, le morceau qui ne me satisfait pas vraiment, c'est hélas le "Greenwood Gazette Blues" que je trouve mal rendu, trop léger. J'avais ZZ Top en tête quand j'ai écrit ce machin et on en a fait un truc quasi Nashville...
Pour le reste, je suis d'accord avec René, y compris sur la maladresse de mon premier solo dans "Blues on Hway 89"... Hey, René, s'il n'y avait que sur celui-là que je me trouve maladroit, je serais déjà bien content ! :))) Et tout à fait d'accord sur la classe de Mr Mo...Mais ne négligez pas Harp Aïssa, ce type est l'un des plus créatifs que j'aie jamais rencontré... Voilà...
Amitiés bluesophiles
Jean Michel

retour haut de page


Tome 1 | Tome 2 | Tome 3

Sommaire de Tous les Numéros | N° suivant | N° précédent