La Gazette de GREENWOOD
le Tremplin Blues Sur Seine 2003

date: 11 novembre 2003
de: Uncle Lee <stagolee@club-internet.fr>

Le tremplin Blues Sur Seine 2003 est une grande cuvée. Huit groupes ont été sélectionnés pour la finale qui s'est tenue à Mantes La Jolie le dimanche 9 novembre 2003. 8 groupes sur 75 candidats ! Autrement dit, être présent sur la scène du C.A.C. Georges Brassens ce jour-là était déjà une reconnaissance et une chance !

Blues Sur Seine avait cette année un président du jury prestigieux en la personne de Mighty Mo Rodgers qui décidément aime bien notre pays (qui le lui rend bien !). Après nous avoir interprété sa nouvelle composition intitulée tout simplement " Blues Sur Seine " ( !), il a laissé la place à Mike Lécuyer, grand ordonnateur qui nous a régalé encore de ses petites poésies de présentation de chaque groupe. Pauvre Mike, il n'arrêtait pas de répéter que non, vraiment, c'était trop dur d'avoir à voter cette année !!

Ca commence très fort avec les Harp Sliders dont l'absence au tremplin de leur harmoniciste n'entame visiblement pas le moral et n'entache pas la qualité de leur prestation. Le trio restant (voc + gtr + hca + kazoo, basse acoustique, batterie-balais + whasboard) nous joua un blues roots et intense. Bizarrement, les Harp Sliders concourent dans la catégorie " électrique ", alors que leur style est résolument acoustique, même si la guitare est " pluggée " et subit parfois un peu de distorsion (volontaire!). Mais il paraît que ce fut leur choix… ça mériterait des explications, tout comme le fait qu'ils ne participent pas au prix "chanson en français" alors que deux de leurs titres le sont ! Quoiqu'il en soit, ils firent une superbe session et ils remporteront le prix Cognac Blues Passion et seront donc programmés cet été au festival de Cognac !

Puis ce fut au tour de Djam Deblouze de se présenter sur scène. Avec lui, il faut suivre ! Encore inconnu au bataillon (c'est une expression) il y a peu, le voilà qui déboule avec un band de six musiciens : Djam chante et souffle dans l'harmonica, accompagné de 2 guitares électriques, d'un saxo, , d'une basse et d'une batterie. Ceux qui le croyaient encore harmoniciste de La Meute ou en formation acoustique avec deux Bouloulous (empruntés au Bouloulou's Bros. Band) ont raté quelques épisodes ! L'harmoniciste bondissant nous a joué quelques-unes de ses adaptations et compositions où la poésie et l'humour ne sont jamais loin. Ce nouveau chantre du "français langage" remportera le prix Spécial de La Poste qui récompense un artiste sans doute un peu timbré, mais qui chante en français ! Emu il était tellement quand le beau diplôme et le chèque dans ses mains arrivèrent que, quoi, il resta coi. La magie de Blues Sur Seine sans doute : rendre sans voix un marseillais !

Big Brazos, le groupe du Docteur Blues bien connu des internautes, se présentait dans la catégorie acoustique, ce qui est assez logique! Ce que recherche ce groupe, c'est la justesse et l'harmonie des arrangements, tant instrumentaux que vocaux. Et ça marche! Superbes arrangements pour le quatuor : deux guitares (dont une National menée par un Papa Gombo qui sait s'en servir!), un harmonica, une basse acoustique et une à quatre voix… Il y a du blues, de la country, du cajun et du gospel dans ce qu'ils jouent : Big Brazos décloisonne le blues de manière magistrale. Et bien ils pourront en faire la démonstration cet été à Cahors puisqu'ils ont remporté le prix acoustique du Festival de Cahors!

Quand Anquetil Blues Band arrive sur scène, tout de suite ça sent la machine bien rôdée ! Ca pulse et ça roule pour un blues puissant où la guitare puise ses notes chez les King du blues. 100% blues, irréprochable, la guitare et la voix de Thierry Anquetil sont à l'unisson pour un set qui parut bien court et pendant lequel on s'est retrouvé quelque part à Chicago… Pourtant aucun prix ne viendra récompenser Thierry Anquetil… C'est un peu paradoxal qu'un de ceux qui portent la flamme du blues depuis plus de 20 ans en France n'ait pas été ainsi " récompensé ", bien que le fait d'être présent à la finale du tremplin est une reconnaissance en soi ! En fait, Thierry Anquetil n'a pas grand chose à prouver dans un tremplin…

Le groupe qui suivit était, lui, parfaitement inconnu à ce jour : Stringers In The Night, duo acoustique formé il y a à peine un an, a créé la surprise en enthousiasmant le public et le jury… puisqu'il remporta le prix Meilleur Groupe Acoustique de Blues Sur Seine ainsi que le prix Festiblues de Montreal décerné par une délégation de québécois ! Deux guitares qui tissent un univers musical qui oscille entre le folk et le blues, sur des compositions aux textes en français finement écrits avec humour et/ou émotion… L'alchimie est excellente et le public leur offrit un triomphe qui sembla les étonner !

Changement de décor avec le Little Big Band : attention ça déménage! Sept musiciens sur scène : chant, guitare, contrebasse, batterie, claviers, saxo, trompette. Un show énergique, du swing, du jump, du Rhythm' & Blues, du Louis Jordan en veux-tu en voilà! Un look d'enfer avec leur costard d'époque, une pêche non moins diabolique avec un chanteur leader qui met le feu sur scène! Les cuivres explosent, la guitare de Yann Colleu hurle, le chanteur Malek Ben Yedder rugit et bondit dans tous les sens! On en rit de bonheur en les voyant et en les écoutant : tous les ingrédients sont là pour la fête sans prise de tête et en musique, et de la bonne ! Tellement bonne que le Petit Grand Groupe remporte le prix Meilleur Groupe Electrique de Blues Sur Seine !

Retour au blues acoustique avec Bluesy Train et son folk-blues. Le groupe est arrivé à maturité et Gérard Tartarini (guitare + banjo, vocal) chante ses compositions avec son cœur et une belle assurance! Thomas Laurent à l'harmonica est de plus en plus virtuose et sait doser sa virtuosité! Le batteur caisse claire a été remplacée par Charles au washboard agrémentée de quelques ustensiles : le résultat est excellent et donnant un côté jug-band au groupe. Un très bon moment où le public se régale des textes de Gérard, récompensé par le jury qui donnera au groupe le prix SACEM.

Last but not least, voici Stincky Lou & The Goon Mat pour leur blues du Delta brut de fonderie. Chant, guitare électrique saturée, grosse caisse et charleston pour Mathias Dalle, Laurent Goosens à la contrebassine et Fabian Benardo à l'harmonica amplifié. Projection directe au fin fond du Mississippi, tout le public tape du pied et semble pris de mouvements incontrôlés de la tête qui bat la mesure sur des rythmes boogie envoûtants. Ca roule et ça balance : si il y avait un prix du blues "blues", il était pour eux! Excellent, ils auront le Prix Electrique du Festival de Cahors, ils nous ont donc promis un bœuf avec les Big Brazos !

En tout cas, quelle journée les amis !!

Le blues en France se porte bien, la démonstration en a été faite ce samedi 9 novembre 2003 à Mantes La Jolie, et Mighty Mo Rodgers, président du jury, n'en revient toujours pas !