La Gazette de GREENWOOD
n°59 (août 2004)

Tome 3
Tome 1:
  • Nico Wayne Toussaint : Transatlantique
  • Junior Wells : Blues Hit Big Town
  • Midwest: Nasty Habits
  • Les Bluetones aux Rencontres du Blues: 1h30 de bonheur....
  • Otis Taylor: Double V
  • Trois soirs au Rouge-Gorge
  • la Rubriqu'à Blues : Pyeng Threadgill, Byther Smith, Jeremy Lyons, Still At Large, Brian Gauci, Pikey Butler, Garry Moore
lire le Tome 1





Tome 2
  • Harmonica sur Cher 2004
  • Europa Blues
  • Cognac Blues Passions 2004
lire le Tome 2





Tome 4
  • Derek Trucks : l'Étoile Montante de la Guitare Slide
lire le Tome 4

retour haut de page



Festival "Marco Fiume blues passion" 2004
un bien bel hommage à Marco Fiume à Rossano

Le festival mémorial Marco Fiume blues passion est vraiment un festival hors norme. Tous les musiciens programmés lors de ce festival du souvenir ont le point commun d'avoir connu et joué avec le très regretté Marco Fiume, l'un des plus fameux musiciens qu'ait connu l'Italie. Il n'est pas usurpé de dire qu'ils forment une sorte de famille qui se retrouve avec beaucoup de plaisir durant ces quelques jours. Bref, c'est un festival fondé sur des valeurs fortes que sont l'Amitié, la Fraternité et la Fidélité.

date: 8 août 2004
de: Jocelyn Richez
(photos de l'auteur)

Oui, l'Amitié est le ciment de ce festival, celui qui permet de construire les plus beaux monuments et justement ce festival mémorial bien que n'en étant cette année qu'à sa deuxième édition est déjà un monument, réunissant quelques uns des musiciens les plus emblématiques de la West Coast à commencer par Junior Watson. Et quelque part, quel magnifique pied de nez au show business à une époque où le dollar est roi, où beaucoup ont un tiroir caisse à la place du cœur et où certaines valeurs fondamentales sont tout simplement en train de disparaître. C'est donc vraiment réjouissant et même rafraîchissant de constater que des musiciens - aussi légendaires soient ils - puissent être capables de faire un aller-retour Los Angeles / Rossano juste pour rendre hommage à un ami disparu. Pour moi, c'est vraiment ça l'esprit du blues.

Et le public a répondu présent durant les trois jours, l'affluence étant évaluée à un millier de spectateurs chaque soir.

C'est Maria Giulia Sorrentino, la mère de Marco Fiume qui est à l'origine de ce festival. Il faut bien reconnaître qu'au départ, c'était un projet complètement fou ! Il fallait vraiment beaucoup de force, de volonté, de persuasion, de motivation pour parvenir à monter une telle opération sans expérience et des moyens limités. Car, rendez vous compte, ce festival mémorial "Marco Fiume blues passion" à Rossano est d'or et déjà un rendez vous majeur du calendrier blues présentant une affiche que beaucoup de festivals de blues européens doivent envier car comprenant l'année dernière Candye Kane, Alex Schultz, Lynwood Slim, Mark Tortorici, Russell Scott, Evan Caleb et cette année Junior Watson, Janiva Magness et son groupe, Jeff Turmes, les Lo Fi's et Jake La Botz. L'espace de 3 jours, Rossano a vécu à l'heure de Los Angeles.

A côté de ces musiciens américains qui ont côtoyé Marco Fiume à Los Angeles, ce festival est aussi l'occasion de découvrir quelques unes des meilleures formations italiennes, Marco Pandolfi and the Jacknives, Umberto Porcaro and Roller-Coaster et Adel's un groupe blues / rockabilly !

© Michelin 2003
www.viamichelin.com

Alors évidemment, pour les amateurs de blues français, Rossano et la Calabre, ce n'est pas la porte à côté, ce n'est pas le genre de déplacement que l'on peut improviser à la dernière minute. C'est même une véritable expédition. Rendez vous compte, après un vol Paris - Rome sans encombres, il m'a fallu enchaîner un trajet en bus de six bonnes heures (parce que je suis tombé sur un chauffeur qui se prenait pour Schumacher ! avec une voiture de location, j'aurais bien mis une heure de plus). Mais, une fois arrivé, on ne regrette pas le voyage, découvrant une ville aux deux visages, une vieille ville chargée d'histoire située au sommet de la montagne avec ses ruelles étroites, ses vieilles demeures, ses églises byzantines etc. et une station balnéaire animée au bord de la mer Ionienne. Autant vous dire aussi qu'à Rossano en juillet, un soleil de plomb règne en maître. Ainsi les concerts se déroulent en soirée (à partir de 21h30) ce qui laisse du temps pour fréquenter la plage en journée et se rafraîchir dans une eau particulièrement claire et calme. Le site du festival est une synthèse des deux facettes de la ville, la grande scène étant adossée à la tour San Angelo (monument du 16ème siècle) faisant face à la plage, un site vraiment idéal.

Venons en maintenant à ce qui m'a amené à Rossano, le festival mémorial "Marco Fiume blues passion" avec chaque soir durant trois jours, trois concerts ainsi qu'un super bœuf le dernier soir, réunissant l'ensemble des musiciens du festival, le tout dans une ambiance à la fois détendue et sympathique mais aussi chargée d'émotions tous les musiciens étant venus dans le but de rendre hommage à leur ami disparu, Marco Fiume.

Diego Geraci,
Fabio Cinque
(Adel's)
Rossano 2004
© Jocelyn Richez

La première formation à se produire sur la scène de Rossano fut le trio Sicilien Adel's (Diego Geraci : guitare et chant, Fabio Cinque : basse, Giuseppe Falzone : batterie). A l'image des Stray Cats dans les années 80, c'est un groupe de rockabilly contemporain, qui ne se contente pas de jouer les standards des années 50 mais propose ses propres compositions dans le même style. J'apprécie beaucoup cette démarche originale ce qui ne les empêche pas en milieu de concert de reprendre Summertime blues de Cochran mais aussi quelques morceaux de blues et de boogie dont un furieux Hoochie Coochie man. Diego Geraci, le leader du groupe est un véritable fou furieux sur scène, - ce n'est sans doute pas un hasard s'il s'est fait tatouer le diable sur le bras - il est capable d'utiliser une bouteille de bière (pleine) en guise de bottleneck, étant obligé de la vider (cul sec !) alors que la bière commençait à en sortir abondamment. Leur prestation spectaculaire et très énergique a beaucoup plu au public.

Marco Gisfredi
(Jacknives)
Rossano 2004
© Jocelyn Richez

C'est le groupe de Bologne Marco Pandolfi and the Jacknives qui était programmé ensuite. C'est un groupe que j'avais découvert l'année précédente et que retrouvais avec beaucoup de plaisir. Cette formation autant dans sa composition que dans son répertoire me fait inévitablement penser à deux des meilleures formations françaises: les Hoodoomen et Scratch My Back. A l'image de Philippe Brière ou Kevin Double, le leader Marco Pandolfi est chanteur harmoniciste au style chaleureux et généreux. Le groupe joue un Chicago blues classique, très respectueux de la tradition, inspiré par les années 50 (Little Walter, Jimmy Rogers, Muddy Waters, Eddie Taylor, Sonny Boy Williamson II notamment). On devine une immense culture blues et beaucoup de passion chez ces gars là. Si la rythmique (Luca Bernard : contrebasse, Federico Patarnello : batterie) est très solide, le gros point fort des jacknives reste son guitariste Marco Gisfredi que j'ai baptisé "le Pascal Fouquet Italien", un guitariste presque timide et qui se tient généralement en retrait mais qui possède un jeu flamboyant, tout en finesse et en swing. Dans le public, Junior Watson était particulièrement attentif ! Malheureusement, comme la soirée avait pris un peu de retard, on a dû se contenter (à regrets) d'un set très court. Mais, ils seront de retour le dimanche. Ouf !

Janiva Magness
Rossano 2004
© Jocelyn Richez

La vedette de cette première soirée était Janiva Magness. Son groupe était composé de George Friend (guitare), David Kida (batterie), Gary Davenport (basse), Jeff Turmes (saxophone) et Stevie Utstein (piano). Et le concert démarra avec deux morceaux instrumentaux mettant George Friend en vedette dont the grinder, le titre qui ouvre son excellent cd perso. Janiva Magness apparaissait radieuse pour le troisième morceau vêtue d'un robe moulante et sexy en léopard qui lui va très bien et qu'elle portait déjà au Bay-Car. Elle attaqua avec le morceau my bad luck soul perturbé par un petit problème de micro mais il en faut plus pour la déstabiliser et c'était l'occasion pour George Friend de nous envoyer un magnifique solo de guitare. Le show de Janiva Magness est bien réglé. Au milieu du concert, elle a sorti son frottoir un peu spécial (avec des cônes au niveau des seins) pour chanter notamment un mojo boogie interprété à sa manière. Son sourire charmeur, sa voix puissante et sensuelle ont vite fait de conquérir le public. Elle a fait preuve d'une énergie peu commune (malgré la chaleur) et d'un charisme évident et même quand elle n'est pas au top de sa forme comme c'était le cas pour cette première soirée, elle assure un spectacle de grande qualité et justifie amplement sa flatteuse réputation. Ses CDs se sont vendus comme des petits pains et ce n'est pas un hasard...

Le programme du deuxième soir débutait avec un groupe Sicilien: Umberto Porcaro & Roller-Coaster. Umberto Porcaro, c'est un surdoué de la guitare qui malgré son jeune âge (24 ans) a déjà roulé sa bosse du côté de Chicago (au Rosa's en particulier) et dans les plus grands festivals de blues Italiens.

Umberto Porcaro
(Roller-Coaster)
Rossano 2004
© Jocelyn Richez

Autant Marco Gisfredi est un personnage réservé, qui se tient en retrait sur scène, autant Umberto Porcaro est un leader extraverti, un musicien de caractère au visage expressif, un guitariste brillant aux grandes envolées, un véritable dynamiteur. Il a un répertoire à mi chemin entre Chicago et la West-Coast mêlant ses propres compositions avec quelques standards (bonnes versions de T Bone Shuffle et Caldonia notamment). J'avoue avoir été impressionné par sa prestation, son énergie, son feeling...

Signalons que Umberto Porcaro a joué en fin de concert avec la fameuse Harmony Stratotone de Marco Fiume.

Le concert suivant était très attendu et pour cause, les Lo Fi's étaient sans doute la formation la plus personnelle et la plus marquante dans la carrière de Marco Fiume. Ce concert était d'autant plus exceptionnel que le groupe a stoppé son activité après le décès de Marco Fiume, se reformant spécialement pour ce festival mémorial. Et pour l'occasion, autour des membres originaux du groupe comme Donny Gruendler (batterie), Jeff Turmes (saxophone) et Stevie Utstein (orgue Hammond), c'était à Jeff P. Ross que revenait l'honneur de remplacer Marco à la guitare, lui qui l'avait précédé dans le groupe de Candye Kane. Lo Fi's est un groupe instrumental qui symbolise parfaitement le slogan du festival "the bluesy side of jazz - the jazzy side of blues". Jeff P. Ross, guitariste éclectique s'est montré très brillant jouant une bonne partie du concert avec la Harmony Stratotone de Marco Fiume. Le concert s'est achevé sur une longue version de Uno Mas, le morceau emblématique de Marco Fiume.

Jake LaBotz
Rossano 2004
© Jocelyn Richez

Pour clôturer cette belle soirée, Jake LaBotz était programmé d'abord en solo, dans un répertoire très roots puis rejoint par les Lo Fi's pour un répertoire plus rhythm & blues. C'était un sacré défi pour Jake que de jouer seul en fin de soirée après des groupes comme les Lo Fi's et Umberto Porcaro and Roller Coaster. Autant dire qu'il a su parfaitement relever ce défi, jouant avec énergie et conviction, avec son cœur et ses tripes des textes souvent très personnels. Jake La Botz possède une personnalité hors du commun, c'est un véritable Artiste, à la fois chanteur, guitariste, songwriter, poète et comédien, un type adorable qui possède une voix impressionnante mais aussi une "gueule". C'est un gars éclectique qui excelle dans le blues roots style Lightnin' Hopkins, dans le country blues et le folk, qui joue du gospel tous les dimanches dans une petite église de Los Angeles, qui apprécie aussi la country. Sa prestation en solo fut vraiment poignante, une véritable révélation !

J'ai moins aimé le final avec les Lo Fi's, je trouve que c'est en solo qu'il s'exprime le mieux. La soirée s'est terminée sur un éclat de rire, Jake LaBotz confondant Jeff Turmes et Jeff P. Ross au moment de la présentation des musiciens puis quittant la scène en lançant "à l'année prochaine !"

Le dimanche soir, pour la troisième et déjà dernière soirée du festival, Marco Pandolfi était de retour pour une nouvelle fois un set court mais ne laissant aucun doute quand au potentiel de ce groupe. Le CD qui vient de sortir le confirme, le groupe est au top niveau européen et à mon avis ne devrait pas tarder à tourner dans des festivals hors d'Italie.

Jeff Turmes
Rossano 2004
© Jocelyn Richez

Le concert suivant était celui de Jeff Turmes, une rare occasion de le découvrir en leader chanteur guitariste (et au saxo au final), celui qui a fait l'essentiel de sa carrière en accompagnateur, à la basse ou au saxophone.

Jeff Turmes fut l'un des principaux partenaires de Marco Fiume à Los Angeles, étant membre des Lo Fi's et du Marco Fiume Trio. Marco Fiume joua également sur un morceau du cd solo de Jeff Turmes. Pour ce concert à Rossano, Jeff Turmes a joué un répertoire essentiellement issu de son cd Every day's my lucky day dont il a composé l'intégralité des morceaux. Il était accompagné de Donny Gruendler (batterie) et Stevie Utstein (orgue Hammond) dans un groupe sans bassiste. Il a dédié à Marco Fiume le morceau How about it un jump blues, précisant que Marco adorait le jump. J'ajoute que Jeff Turmes avait enregistré ce titre avec les Lo Fi's et Marco Fiume à la guitare. Comme Umberto Porcaro et Jeff P. Ross la veille, Jeff Turmes a joué une partie du concert sur la guitare de Marco Fiume. Jeff Turmes a été omniprésent durant ces trois jours, prenant part à cinq des neuf concerts, et montrant différentes facettes de son talent. On comprend aisément pourquoi il est l'un des musiciens les plus sollicités de Los Angeles.

Junior Watson
Rossano 2004
© Jocelyn Richez

C'était alors au tour de Junior Watson "la star du festival" de monter sur scène vêtu d'une chemise spectaculaire et accompagné des musiciens du groupe précédent, y compris Jeff Turmes. Et à l'image de Jeff Turmes, j'avais déjà vu Junior Watson à plusieurs reprises en accompagnateur, que ce soit avec Canned Heat ou Kim Wilson, mais je le découvrais à cette occasion en leader. Junior Watson n'est pas seulement un guitariste légendaire qui a inspiré une quantité impressionnante de guitaristes à travers le monde, c'était aussi l'un des amis les plus proches de Marco Fiume et ce concert à Rossano présentait forcément pour lui un caractère émotionnel particulier. Alors, à son jeu de guitare à la fois subtil et énergique s'ajoutait une intensité et une profondeur supplémentaire. Que Junior Watson soit un formidable guitariste, ça, tous les amateurs de blues le savent, par contre ce qu'on sait moins, c'est qu'il est aussi un pitre, un showman exubérant qui occupe vraiment la scène, qui a un don pour surprendre le public par ses multiples facéties, un musicien imprévisible au répertoire éclectique allant du jazz à la surf musique via la bossa nova. Ce concert, ça faisait des mois que je l'attendais, que j'en parlais, que je l'imaginais, que j'en rêvais presque et voilà qu'il était passé à la vitesse d'un TGV !

Janiva Magness
Rossano 2004
© Jocelyn Richez

Mais la soirée n'était pas terminée pour autant, car le festival devait se terminer en beauté, par un véritable feu d'artifice avec une jam session réunissant tous les musiciens du festival, américains et italiens. Et c'est Janiva Magness dans une belle robe rouge assortie à son rouge à lèvre qui lançait le bœuf accompagnée de son groupe au complet ainsi que de Marco Pandolfi (harmonica) et Marco Gisfredi (guitare). Elle était en meilleure forme que deux jours auparavant et on retrouvait la véritable tornade qui emporte tout sur son passage ! Elle chanta notamment un superbe Baby, baby, every night dédié à la mémoire de Marco Fiume ("un morceau qu'il adorait" a-t-elle dit en présentant le morceau). Les deux italiens se sont montré très à leur avantage impressionnant visiblement Janiva Magness et George Friend. C'est ensuite Jake LaBotz qui venait jouer avec le Janiva Magness Band en attendant une association en totale opposition de style entre Jake LaBotz et Diego Geraci, le leader du groupe Adel's. Imaginez Brian Setzer jouant avec Lightnin' Hopkins ... C'est à peu près ce qu'on a entendu à ce moment là, un cocktail surprenant et excitant qui me rappelait l'association tout aussi étonnante qui mettait aux prises Cisco Herzhaft et les Hot Chickens lors du festival de Cahors 2003. Et à l'image de Cisco Herzhaft et des Hot Chickens, il est évident que Jake LaBotz et Diego Geraci ont pris beaucoup de plaisir à jouer ensemble devant un public assez médusé. Malheureusement et paradoxalement, dans cette région où il ne pleut presque jamais et où les cours d'eau sont à sec, quelques gouttes de pluie se sont mises à tomber faisant immédiatement fuir le public et obligeant l'organisation à stopper la jam, la scène n'étant pas couverte. La pluie qui ne nous a rafraîchi que quelques minutes nous a malheureusement privé du bouquet final. Quel dommage !

Ce beau festival méritait une autre conclusion.

Parmi les souvenirs que je retiendrai de ce séjour en Italie, il y a aussi forcément cette soirée au restaurant la veille de la première soirée du festival. Jake LaBotz avait repéré une guitare dans le restaurant et il s'est rapidement mis à nous chanter quelques morceaux pendant que nous mangions. Bien sûr, tous les autres ont suivi et la guitare acoustique est passée de main en main à commencer par celles de Jeff Turmes d'abord en solo puis en duo avec Janiva Magness (sans micro ! elle a même chanté notamment Come on in my kitchen). Jeff Ross, grand amateur de jazz manouche a ensuite joué du Django puis ce fut au tour de Junior Watson de nous faire un grand numéro avant de passer la guitare à George Friend; Enfin Jake La Botz et Jeff Turmes sont revenu, improvisant un bottleneck avec un petit verre d'alcool. C'était en quelques sortes le off du festival. Ah, quelle soirée mémorable !!!

Pour en savoir plus:
visitez le site officiel du festival:

http://www.marcofiumebluespassion.it/

visitez aussi les sites des musiciens:

http://www.adels.it/
http://www.juniorwatson.com
http://www.jeffturmes.com
http://www.janivamagness.com
http://www.jakelabotz.com
http://www.marcopandolfi.com
http://www.umbertoporcaro.it
http://www.stevieutstein.com
http://www.bluesleaf.com/artists/georgefriend.htm

Dans la Gazette de Greenwood:
la 1ère édition du festival (2003): Marco Fiume Blues passions
interview: Lynwood Slim nous parle de Marco Fiume
Et dans le prochain numéro: biographie de Marco Fiume (LGDG n°60)

retour haut de page


Tome 1 |Tome 2 | tome 3 | Tome 4

Sommaire de Tous les Numéros | N° suivant | N° précédent