Numéro 60 - Hiver 2004
Numéro 60 - Hiver 2004

retour au sommaire du numéro | retour à l'accueil

Lea Gilmore
Lea Gilmore

Trois Méga-Concerts à Gand

photo © Marie Jeanne Smets, 2004
cliquez pour voir d'autres photos
ainsi que deux concerts précédents

DEUX MILLE choristes et CENT djembés !

A l’occasion de son quarantième anniversaire, la Fondation Damien
(qui s’efforce d’éradiquer la lèpre et la tuberculose)
a donné dans la démesure !

De: Georges Lemaire
Date: 24-12-2004
photos de Marie-Jeanne Smets, "Bobtje" et Georges Lemaire

C omme chaque année, Lea Gilmore a été conviée à donner une série de concerts gospel au profit de la Fondation. Notons que, depuis quatre ans, pas moins de 30.000 personnes ont déjà eu le bonheur de l’applaudir en Belgique.

Pour un tel anniversaire, il fallait absolument marquer le coup.
C’est ainsi que les trois premiers concerts (dont un le dimanche en matinée destiné aux malentendants) se sont déroulés à guichets fermés les 30 et 31 octobre derniers au Kuipke, le vélodrome de Gand situé dans le Parc de la Citadelle permettant d’accueillir des milliers de spectateurs.

(Sept autres concerts, également sold out, ont été programmés du 2 au 11 décembre à Bruxelles, Verviers, Namur, Saint-Vith, Tournai et Mouscron).

photo © Bobtje, 2004
cliquez pour en voir d'autres

une vue impressionnante de la scène
fidèle à son poste : Georges Lemaire :-)
photo Bobtje http://www.bobtjeblues.com

Eric Byrd
photo © Georges Lemaire, 2004

Eric Byrd

Dirigé de main de maître par Guido Moons, un chœur gigantesque réunissant 52 chorales issues de toutes le Provinces flamandes, totalise deux mille exécutants. Chaque chorale
a répété séparément et cet immense ensemble s’est rassemblé pour la première fois la veille du concert pour une ultime répétition. Eric Byrd, le pianiste du Ron Kearns Quintet, est venu tout spécialement des Etats-Unis pour accompagner Lea au Hammond B3. Sont bien entendu également présents, Marc Borms (piano), Jack Thysen (basse) et Marc Descamps (batterie), l’excellent trio qui l’accompagne habituellement.

Dès 19 heures, des centaines de personnes affluent de tous côtés et convergent d’un pas décidé vers la salle. Des cars font la file, s’arrêtent et débarquent sans relâche des dizaines de passagers endimanchés qui commencent rapidement à envahir le vélodrome. A l’intérieur, l’ambiance est déjà très chaude ! Les deux mille choristes, déjà en place derrière l’immense scène, font des ola à l’instar du public des stades. Ça part au quart de tour, de droite à gauche et de gauche à droite, en rugissant, en trépignant. Déjà un vrai spectacle avant le spectacle 

Á vingt heures précises, la salle est comble et quatre mille paires d’yeux se braquent aussitôt vers l’ensemble des djembés (issu d’une école de Dendermonde) qui attaque en force. Saisissant ! Cent percussionnistes martèlent des rythmes explosifs sur leurs djembés décorés et impriment à ce concert une coloration africaine.

C’est ensuite au gigantesque chœur de poursuivre avec My God Is A Good God avant l’entrée en scène très attendue et très applaudie de Lea Gilmore, élégamment vêtue d’une tenue ample aux reflets scintillants. Sans désemparer, elle interprète, d’une voix profonde et chaude, Holy et Precious Lord. Le public est immédiatement conquis et participe joyeusement. Lea poursuit avec Swing Low, Somehow I Made It et Amazing Grace. Avant la pause, elle interprète encore un vibrant Oh Happy Day.

Jack Thysen
photo © Georges Lemaire, 2004

à la basse : Jack Thysen

Pendant le concert, des films sont projetés sur un écran panoramique géant, exposant aux milliers de spectateurs les réalisations de la Fondation Damien dans le monde. Bref, un spectacle total, parfaitement mis en œuvre et entièrement différent de ce que Lea avait l’habitude de nous présenter jusqu’ici.

La seconde partie du concert est principalement centrée sur Wil Tura, un artiste flamand qui interprète, accompagné par son orchestre, plusieurs titres en néerlandais, parfois soutenu par le chœur. Lea vient ensuite le rejoindre et ils chantent Kumbaya My Lord et Michael Row The Boat Ashore. Lea intervient alors seule et nous délivre un We Shall Overcome poignant au cours duquel, dominée par l’émotion, elle est incapable de contenir des larmes de bonheur.

David, le mari de Lea Gilmore, 
était venu l'applaudir à Gand
photo Georges Lemaire, 30-11-2004

www.leagilmore.com
Contact pour l’Europe : laurie.mcconnell@teledisnet.be
www.damiaangospelconcerten.be

La soirée se termine par This Little Light Of Mine. Au cours de ce dernier titre, les deux mille choristes agitent une petite lumière, symbole d’espoir, sous les acclamations bien méritées d’un public extrêmement enthousiaste qui a réservé une interminable standing ovation à tous les musiciens. Lea Gilmore, une fois de plus, a déployé un immense talent pour nous exprimer son envie sincère d’un monde meilleur.

Quelle exquise émotion !!!

Georges LEMAIRE
lemaire.g@skynet.be

Lea Gilmore,
Gand, 30-11-2004
photo © Georges Lemaire

A vos agendas !

Au mois de mars 2005, Lea GILMORE sera en Belgique et en France pour une série de concerts de blues au cours desquels elle interprétera plusieurs de ses compositions.

07.03 : At the Bibop, Tiensestraat, 82 - Louvain
12.03 : Maison des Jeunes, Rue du Presbytère, 1a - Tamines
14.03 : Banana Peel - Ruiselede
16.03 : Spirit of 66 - Verviers
18.03 : Sang A Klang - Luxembourg
19.03 : Festival Blues Autour Du Zinc - Théâtre de Beauvais (France)

Elle sera également invitée par plusieurs écoles à donner des conférences-concerts sur l'origine des musiques afro-américaines.

retour
sommaire