CONQUISTADOR

Date: 12/03/2005
de: Djamel Deblouze

Ami aux belles oreilles, en voilà rien que pour tes yeux.

 

Un album de bandes dessinées que tu peux peut-être c'est "Conquistador" de Van Linthout et Leclercq chez Casterman.

Mine de crayon noir delta Mississippi en ce que de l'ambiance dont ; mémoires de Bud Leroy pour ce que de l'anecdote. Entre pittoresque et cliché, véridicité et quelques maladresses que même moi (du genre la tradition de confondre les Johnson invoquant le Fourchu au cafourche), le climat c'est quand même parfois que tu t'y prends. Ombres veillant la dépouille du "Shorty George", l'tortillard des régules aux forçats de Parchman Farm, cadavres en débâcle chahutés par le fleuve convexe au plus fort de la dépression, métempsycose en dogue ou en corbacs de bluesmen qu'ont passé, et puis ce Quixotte spectral du swamp léguant au négrillon candide l'open tuning des guitares fado, il y a du mythe de profundis bon poids comme on s'attend à ce que (pour au moins se justifier des 14,02 euros que tout de même !).
"Comment, si on veut jouer du blues, ne pas croire aux fantômes ?"
(Bud Leroy, p.12, case 5).

Hannibal Lecteur