Hot Tuna à Hyères

Par Roland "Loup Blanc" Malines.

Hot Tuna à Hyeres, © Claude Philip, 2005, cliquez pour zoomer

Claudio et Grazou m'ont obtenu une invite, chouette, je vais voir Hot Tuna !

Mardi 19h passées, je phone à Buck :
- Je passe chez toi.
- T'es où ?
- A Marseille !
- Vas-y directement, le concert est à 21h à Hyères et Yves m'emmène.
- Kooooaaaa ?? c'est pas à Toulon 21h 30 ??"

Me voilà avec une 1/2h de retard ! #@&*  ! ! ! Je saute dans le carrosse, fouette les chevaux qui démarrent sur les chapeaux de roues, grille les feux, m... les keufs ! J'attaque l'autoroute à 260, force les péages (pas le temps), au bout d'un moment une armée de sirènes hurlantes me poursuivent 8^)... mais je l'ai ai semées pour arriver au théâtre Denis avec 3/4 h d'avance !

Dernière place assise, j'ai du cul ce soir !

Le fond sonore est pas mal, une intro acoustique me plaît, je tends l'oreille, le chant démarre, quel étonnement : c'est le Loup Blanc !-) La compil de Toulon Blues City tourne dans la platine avec Buck, Claudio et les Lighnin' Pickers, etc.

Le théâtre est plein, 200 personnes occupent la salle et les deux balcons, les derniers des mohicans de la région, - d'ailleurs l'un d'entre eux a déjà adopté la coiffure ! ;-))) [ndlr: a c'est pour Buck :-]

Voilà nos trois acolytes qui entrent en scène, Mr mandoline (*) en premier; qui nous parlera en Français pendant que les autres feindront l'admiration étonnée, à mourir de rire !

Les autres justement, Jack Casady toujours aussi lunaire et Jorma Kaukonen, stonewashés mais toujours jeunes, pétris d'humour, d'idées et de trouvailles.

Lorsque Casady joue, ses sourcils montent et descendent; quand il a failli déraper il tire la langue comme un gosse espiègle qui se marre d'être pris sur le fait, son jeu est un jeu de guitare basse, pas de contrebasse, assez horizontal qui donne une légèreté suave à l'ensemble avec un gros son Gibson.

Kaukonen sur Gibson aussi, électroacoustique (j'aime pas du tout ce modèle), égal lui aussi à lui même, une facilité de jeu qui me fait dire qu'il jouerait sans difficulté avec des fils tendus sur une planche ! Toujours la même voix, douce et tranquille.

Mr Mandoline s'est tapé pas mal de chorus vu qu'il était quand même un peu là pour ça, et c'était une très bonne idée ! Il alternait entre mandoline et guitare ténor, laquelle m'avait plutôt l'air alto dans le registre, toutes les deux Gibson aussi. [en effet, la guitare ténor est montée de 4 cordes qui sont, si je ne m'abuse, identique aux cordes graves de la guitare mais on peut fort bien - et cela se fait couramment - changer et/ou décaler l'accord].

Au début Mr Mandoline n'était pas encore bien chaud, mais après quelques blagues et délires avec le public le concert s'est enflammé et je n'en croyais pas....mes oreilles !

Un spectacle d'une grande fraîcheur, répertoire Hot Tuna, superbe trio d'une grande humanité, du vrai, du pur, du bio ! Et l'ambiance, l'ambiance....d'accord c'était pas Woodstock mais c'était du pur bonheur.

Roland.

(*) j'avais oublié son nom mais depuis on m'a rappelé que c'était Barry Mitterhoff


Photos de Hot Tuna à La Traverse (76) par Didier Chaumier
[cliquez dessus pour les agrandir]