Nuit du Blues de Jarnioux

de: Philippe Espeil
date: 22 août 2006

Tomek DZIANO Au détour d'une colline, traversant les coteaux du beaujolais, un village apparaît dans la combe. De vieilles et majestueuses demeures de pierres dorées constituent le petit village de Jarnioux où a lieu depuis quelques années un festival de blues.
Après avoir célébré les cuivres l'an passé avec Boney Fields, cette édition 2006 mettait sur un piédestal la guitare avec pour tête d'affiche Ana POPOVIC précédée de Reverend Blues Gang.

Dans l'après-midi, c'est Tomek DZIANO qui lance le festival sur la place de la mairie jouxtant la grande scène alors en préparation. Qui a vu Tomek il y a plus d'un an, ne peut que constater aujourd'hui le perfectionnement apporté au chant. La voix est plus claire et a gagné en ampleur, s'adaptant parfaitement au répertoire blues-soul qu'il a choisi. Son jeu de guitare reste une référence stylistique et devient flagrante sur un set entièrement acoustique comme ce fut le cas lors de ce festival.
Qualité instrumentale et musicale, performance vocale, la prestation solo de Tomek DZIANO fut malheureusement écourtée (35 minutes !) par l'organisation ayant pris du retard à cause de matériel défaillant lors des balances. Si cela est autant frustrant pour l'artiste que pour le public, ce dernier a cependant était rapidement conquis si l'on en juge au nombre de personnes ayant acquis son CD et l'ayant spontanément abordé, plus tard, durant la soirée, pour le féliciter.

Mick RAVASSAT Pas de problème par contre sur la grande scène où le son était très bon, envahissant ce théâtre naturel de verdure où le public commençait à s'amasser.
Après un Stone Creek réjouissant, mêlant Cajun, old-time New-Orleans, country avec un humour et un plaisir non dissimulés, la machine Reverend Blues Gang entra en scène. Look biker pour le leader chanteur et guitariste, hardeux pour le longiligne bassiste, sauvage pour la batteuse (oui, oui, une fille, c'est trop rare), et faussement sage pour le second ( ?) guitariste Michael RAVASSAT.
Mis à part un répertoire beaucoup trop convenu, enchainant les standards de blues joués à la sauce rock, le spectacle sur-vitaminé devait mettre en exergue ce jeune guitariste sous la houlette du révérend prêcheur. Mick s'est en effet montré être une fine corde, autant à l'aise pour la rythmique que pour les solos. Il a déjà dépassé le stade de l'apprenti guitar-héro et impose une personnalité qui ne demande qu'à s'exprimer. Sans doute encore faible au chant, ne doutons pas toutefois que le Reverend saura, dans toute sa bonté, le mettre en avant et le pousser dans la bonne direction.

Ana POPOVIC Une fois les échauffements passés, la belle yougoslave n'eut aucun mal a emballé son public. Tenue sexy, jeu de scène tout aussi torride, et guitare brulante, l'ambiance de ce festival devenait plus infernale qu'estivale. Ana a une solide réputation d'entertainer qui la suit et ne la dévalorise pas. Les artistes féminines ne sont pas légions dans le petit monde du blues, et rares sont celles qui, comme elle, peuvent faire valoir un niveau aussi assuré sur un manche équipé de six cordes.
Présentant quelques titres de son dernier album "Live In Amsterdam" dont des compositions, elle interpréta avec goût l'hendrixien "House Burning Down". Autre moment fort, le long instrumental " Navajo Moon " qu'elle a écrit en hommage à Stevie Ray VAUGHAN et son " Riviera Paradise ".
Ana POPOVIC, c'est de la bombe ! Très rock, certes assez peu blues, mais digne d'un show à l'américaine où les yeux sont autant gâtés que les oreilles. Secondée ce soir-là par un bassiste remarquable, tout amateur de blues-rock doit assister au moins une fois à ce spectacle.

A l'actif de ce jeune festival, une orientation plus rock que blues qui ne laisse pas moins présager d'autres éditions toutes aussi intéressantes. L'organisation est à féliciter pour avoir choisi un cadre aussi agréable et créé une ambiance aussi chaleureuse dans ce petit village à quelques dizaines de kilomètres de Lyon.

Jarnioux, un festival à suivre et à poursuivre.

Pour voir d'autres photos, visitez mon portfolio.
L'album "Street Blues" de Tomek DZIANO est disponible dans le