Summertime Blues

chroniques de l'été 2008
1/3 Jazz à Vannes

De: Pierrot Mercier
date: 25-07-2008
LGDG n°66

Le tremplin Blues du festival de Vannes a eu lieu hier [mardi 24 juillet]. La victoire est revenue à Mojo Machine devant Chasing Charley's Ghost.

Mojo Machine,
vainqueurs du tremplin Blues
Jazz à Vannes, juillet 2008,
© Pierrot Mercier
Mojo Machine a fait un véritable hold-up des votes du jury (ils ont été classés 7 fois premiers et 2 fois seconds sur ... 9 votants) gràce à sa cohésion exceptionnelle, étonnante pour un groupe si jeune : formé il y a moins d'un an le sextet de Pontivy promet beaucoup !

Moi-même, qui en ait vu d'autres, je reste encore ébahi par la présence de cet ensemble. Pour tout dire ça m'a rajeuni de trente ans d'entendre du Canned Heat (il est fort probable qu'à l'époque lointaine où le groupe californien me régalait la plupart des membres de cette formation n'était pas nés). Je parle de Canned Heat seulement pour dater le morceau le plus moderne du set, parfaitement construit, comme était parfaite la mise en place du guitariste rythmique (encore que solo wha wha à l'occasion), de l'harmoniciste, du chanteur (au charisme é-vi-dent), du bassiste et du guitariste solo (un slide à tuer), bien alignés devant le batteur, non moins méritoire.

Une grosse claque pour tout le monde et un silence impressionnant du public nombreux en ce bel après-midi pendant les moments plus calmes (mais tellement plus forts émotionnellement) de leur prestation. Un gros regret pour ma part : n'avoir pu les revoir sur la grande scène pour leur vraie récompense, l'ouverture de la soirée qui suivait devant les 1500 spectateurs du jardin magique (et du tilleul) de Limur. Les journaux locaux me disent ce matin que le public a été également enthousiasmé.

Vous savez d'ailleurs qu'il n'y avait pas de soirée exclusivement blues cette année à Vannes, j'adresse donc au nom de nous tous un énorme MERCI à Mojo Machine. Je n'oublie pas de rappeler au passage que notre musique a été magnifiquement servie et célébrée par la prestation de Shake Your Hips en ouverture lundi soir (on en parlait beaucoup ici le lendemain). Je pense que l'association des deux événements incitera certainement Jean-Philippe Breton à redonner au Blues la place qui lui revient légitiment à Vannes.
[et une copie une]

Peter Robinson,
Chasing Charley's Ghost
Vannes, juillet 2008,
© Pierrot Mercier
Andy Boal, Régis Abbal,
Chasing Charley's Ghost
Vannes, juillet 2008,
© Pierrot Mercier Pour en revenir au tremplin la belle deuxième place du trio méridional (encore que 2/3 britannique) Chasin Charley's Ghost dans un registre plus intimiste est aussi une preuve que le Blues, même s'il est basé sur des recettes anciennes, est toujours une source de plaisir et d'émotion, pour les plus blasés comme pour les plus néophytes (il m'amuse d'ailleurs de constater, en relisant mes notes, que mon titre préféré dans leur prestation roots de chez roots (car telle semble être leur devise) était ... d'Eric Bibb, comme quoi...)

Nous avons pu aussi profiter dans la même catégorie que les chasseurs de fantômes, c'est à dire le Blues d'entre les deux guerres [cher à notre rédac'chef :)], de la prestation d'Harmony Blues (avec un blues moins campagnard ou plus urbain, mais moins festif - nb: vous voyez ci-dessous que ce n'étaient pas des jeunots !-)) (je n'irai pas jusque à affirmer qu'ils ont connu Bessie Smith à ses débuts mais quand même...)

Olivier de Lacourt , Jean-Pierre Letellier
Harmony Blues
Vannes, juillet 2008,
© Pierrot Mercier

et, coté électrique, de celle de The Hound Dog, déjà aperçus (et appréciés) à Mantes naguère.

The Hound Dog
Vannes, juillet 2008,
© Pierrot Mercier

Thierry Jacq,
Blues Station
Vannes, juillet 2008,
© Pierrot Mercier

Il fallait bien deux vainqueurs, il y eut donc trois perdants...

La plus haute marche du podium aurait d'ailleurs fort bien pu être attribuée au trio Blues Station emmené par Thierry Jacq ... si son répertoire n'avait pas été hors-sujet. Mais nous étions ici pour le Blues et pas pour le rockabilly - trop dommage, car dans le genre ils étaient épatants !. [Vous me permettrez de m'abriter derrière mon devoir de réserve pour vous cacher la teneur des (longs) débats du jury, avec la discussion récurrente sur les "c'en est" et les "c'en est pas" et les "menfin s'ils ont été sélectionnés c'est bien que c'en est", etc.]

Pour conclure je n'hésite pas à dire que 2008 a été une grande année pour le tremplin de Jazz à Vannes qui semble enfin décoller puisque les prétendants étaient nombreux cette année. Ok ce n'est pas encore Blues sur Seine, mais ça vient ! J'affirme ceci spécialement à l'attention de Josette Tuarze, l'âme de ces tremplins depuis toujours, qui n'avait pu être de la fête cette année (et nous a bien manqué) et que nous nous ferons une joie de retrouver l'an prochain.

Pierrot


La Gazette de Greenwood N°66