la Gazette de Greenwood

présente

Un article Jean-Paul Levet:

Depuis le 25 mars 2003, nous avons la chance de trouver en librairie la réédition mise à jour de Talkin' That Talk, livre indispensable à qui veut un peu mieux comprendre le blues!
C'est donc avec plaisir que nous publions ici la compilation de trois articles parus en 2000 dans la Gazette de Greenwood, où Jean-Paul Levet nous dévoile l'explication de 38 mots! Dans la réédition de Talkin' That Talk, pas moins de 3000 mots ou expressions sont recensés... On vous aura prévenu: ce livre est indispensable!

Somebody Hoodooed The Hoodoo Man

de Jean-Paul Levet
(mars 2000)
Une Nouvelle de Véro Chelius:

Oui, bien sûr, dès qu'on prend la plume et qu'on veut parler de blues, 3 fois sur 5, paf, le coup de Robert Johnson.
Oui, mais voilà, non seulement Véro Chelius revisite complètement le truc, mais en plus, elle nous le fait vivre de l'intérieur! A la première personne, on est dans la peau du mec, on le vit.
Bon, à un moment, à force de "je suis le meilleur, je le sais", il commence à m'agacer, le gaillard. Mais très vite, on commence à se douter de quelque chose: il y a anguille sous roche, ça sent le souffre, le fourchu est pas loin, on l'entend déjà ricaner.
Et là, nouveau trait de génie - ben oui, quoi - de Véro : le fourchu n'est pas fourchu, c'est.....mais je vous laisse le découvrir. N'empêche, il n'en est que plus diabolique!
C'est à la fois drôle et glaçant ! Brrrrrrrrrrrr....
Bravo Véro, écris-nous en plein des comme ça!
Ah, parlez-moi de génie méconnu(e)!
Ouais, bon, je m'emballe moi.
Mais oui, mais c'est tout à fait ça : elle m'a emballé, moi, cette nouvelle!
René Malines

Période d'Essai

de Véro Chelius
(Octobre 2002)
Une étude de Philippe Sauret:

Non, le blues n’a pas attendu Steve Ray Vaughan ou le British Blues Boom des années 60 pour apparaître en France, et c’est ce qu’a étudié Philippe Sauret en 1997, pour son mémoire de Maîtrise en Histoire: "Et la France découvrit le blues : 1917 à 1962".
Récit passionnant et détaillé, mettant à mal bien des idées reçues et nous apprenant des choses étonnantes. (Saviez-vous que le 32-22 Blues de Robert Johnson, enregistré en 1936, avait été chroniqué dans un journal français en 1937 ?!). L’histoire du blues en France est intimement liée à celle du jazz, et il a fallu tout un travail de recherche historique pour extraire ce qui nous intéresse ici.
La Gazette de Greenwood remercie Philippe Sauret (aka Zyde Phil) pour ce travail, et pour sa gentillesse de nous autoriser à la publier afin de partager cette tranche d’histoire qui, si elle n’a pas de raison de modifier notre intérêt pour le Blues, nous permet d’en savoir un peu plus sur cette musique et sur l’attrait qu’elle a toujours suscité, même loin du Mississippi.
Uncle Lee

Et la France découvrit le blues : 1917 à 1962

de Philippe Sauret
Une étude de Patrice Champarou:

D'où vient le Blues?
Vaste question qui n'a pas fini de faire couler beaucoup d'encre et d'encombrer la bande passante d'internet...
Patrice Champarou nous livre ici une approche historique du contexte dans lequel le Blues est apparu, en relevant les grandes dates qui en quatre cents ans, du début de la traite des esclaves jusqu'aux premiers jours de la seconde guerre mondiale, ont marqué la vie de la société noire-américaine et de sa musique.
Cette musique aux multiples facettes connues ou méconnues, imbriquées les unes dans les autres, des champs de coton aux fosses d'orchestre de théatre prestigieux, du ragtime méticuleusement écrit sur partition au chant improvisé d'un hobo solitaire.
Grâce à Patrice Champarou, un voile se lève et nous en savons un peu plus sur les origines du Blues, mais le mystère demeure...
Uncle Lee

Le Blues: des Plantations à la Scène Musicale

de Patrice Champarou
Addenda au livre Le Monde du Blues (Paul Oliver):

Paul Oliver, spécialiste et historien du blues, est l'auteur de nombreux ouvrages et articles consacrés à cette musique, dont Blues Fell This Morning sorti en 1960 .

La traduction en français de ce livre, le Monde du blues, parue à l'origine chez Arthaud en 1962 était épuisée depuis longtemps, alors saluons l'initiative de l'éditeur de la publier à nouveau, 40 ans plus tard, dans la collection 10-18.
La lecture de ce livre est quasiment indispensable à celui qui s'intéresse aux racines du blues, car c'est une mine d'informations sur des aspects parfois méconnus ou oubliés, et sur le contexte dans lequel cette musique s'est développée, de ses origines jusqu'à la fin des années 1950.
De nombreux textes de blues (traduits) illustrent les propos de Paul Oliver, leur donnant toute leur valeur. Le lecteur de cette version francophone regrettera cependant de nous pouvoir identifier ces chansons en l'absence du texte original, d'autant plus que les titres ne sont pas fournis et les auteurs rarement cités.
Ça n’est pas grave, car La Gazette de Greenwood va combler ce manque d’information! Grâce à Patrice Champarou, voici donc une bonne partie de ces textes identifiés et rendus à leurs auteurs (et souvent interprètes).
Uncle Lee

Le Monde du Blues
Addenda :
Référence des morceaux cités
par Patrice Champarou
Un récit de Georges Lemaire
des photos de Robert Sacré & Georges Lemaire:

Du 23 juillet au 13 août 2001, soit trois semaines durant, Robert Sacré et Georges Lemaire se sont immergés dans le monde de la musique noire-américaine : du blues au gospel, de Chicago à Clarksdale en passant par Memphis…
Caméra au poing, appareil photo en bandoulière, yeux et oreilles grands ouverts, ils en ont ramené une quantité de souvenirs qu'ils ont décidé de partager avec les lecteurs de la Gazette de Greenwood.
Georges Lemaire s'est donc attelé à la rédaction de ce Carnet de Route, USA 2001 qui est bien plus qu'un simple article : c'est une œuvre à la hauteur de ce voyage exceptionnel !
Ce texte, qui rejoint donc la Bibliothèque de Greenwood, est composé de trois parties illustrées par plus de 80 photos choisies parmi les 1000 prises par Georges et Robert.
Le texte nous fait vivre ce voyage comme si on y était, comme si on rencontrait nous-mêmes David Evans ou Big Lucky Carter (ce sont des exemples parmi tant d'autres !). De plus, de nombreux liens vous permettront de découvrir de nombreux sites " liés " à cette histoire. Alors, bonne lecture, bon surf et bonne route de Chicago à Clarksdale !
Uncle Lee

Carnet de Route - USA 2001
de Georges Lemaire
photos de Robert Sacré & Georges Lemaire
(Décembre 2001)

1ère partie | 2ème partie | 3ème partie
Une nouvelle de Jean-Michel Borello:

"Searching For Robert Johnson" a écrit Peter Guralnik, "Biography of a Phantom" nous promet Mack Mc Cormick ...
Jean-Michel "Big Joe" Borello aurait pu intituler sa nouvelle "J'ai trouvé le fantôme de Robert Johnson"!
Mais il a préféré le titre "Bottleneck", en souvenir du goulot de bouteille frappé de trois fourches que lui a laissé le bluesman mythique.
C'est à Greenwood (Mississippi) que l'action se passe par une nuit moite d'Août 2000 qui aurait pu être bien ordinaire... si il n'y avait eu ce boeuf que Jean-Michel fit avec un guitariste noir élégant et un harmoniciste dégingandé coiffé d'un chapeau melon. Plus prudent que le guitariste, "Big Joe" n'a pas accepté de boire le breuvage de la bouteille entamée que le tenancier du juke-joint lui proposa. Bien lui en a pris, car aujourd'hui il peut nous raconter cette fabuleuse et bien étrange histoire.
Mo Al Jaz et Gil peuvent bien en rire, mais c'est sûr: ce soir là Jean-Michel Borello avait le voodoo dans la tête.
Uncle Lee

Le Bottleneck
de Jean-Michel Borello
(Octobre 2001)
Une nouvelle de Gérard Herzhaft:

Aujourd'hui, d'innombrables festivals de blues se déroulent un peu partout en Amérique et dans le monde, notamment bien sûr en Europe et en France. Mais le premier festival de blues américain, celui d'Ann Arbor, n'a eu lieu qu'en 1972. Dix ans auparavant, des promoteurs allemands, saisissant l'intérêt des Européens pour le blues et l'influence de cette musique sur le rock anglais naissant, avaient eu les premiers l'idée de présenter un aréopage de bluesmen à travers le Vieux Continent. Ces concerts légendaires ont fortement et durablement marqué tous ceux qui ont eu la chance d'y assister, l'auteur de ce texte inclus. Et pour ceux qui n'y étaient pas, étaient trop jeunes ou n'étaient pas nés à l'époque, ces tournées sont devenues des légendes, des rêves, des mythes.

Cette nouvelle, sous la forme d'une fiction, vous propose de revivre de façon fort réaliste l'ambiance en coulisses des débuts d'un des tout premiers de ces festivals.
Gérard Herzhaft

Blues Story 1962
de Gérard Herzhaft
(Décembre 2000)

lire l'interview de Gérard Herzhaft
Un hommage de Gérard Herzhaft:

Dire que le décès de John Lee Hooker laisse un vide considérable dans le monde du blues est un euphémisme. Même très diminué par l'âge et des problèmes de santé, le vieux maestro demeurait une référence essentielle, une source vivante qui indiquait par ses interviews ou par ses incursions en studio ou sur scène, ce qu'était le blues joué par un bluesman. De sa classe, de sa catégorie, de sa stature, il ne reste dans le monde des vivants que B.B. King.
Gérard Herzhaft

Good Bye John Lee
de Gérard Herzhaft
(Juin 2001)


La Gazette de Greenwood